Les rentrées totales d'IBM au premier trimestre de 2019 se sont élevées à 18,2 milliards de dollars, contre quelque 19 milliards de dollars durant la période correspondante de 2018. Dans le segment Cloud & Cognitive Software, il a été question d'un recul de 5,2 à 5 milliards de dollars. En bout de course, le bénéfice net s'est établi à 1,6 milliard de dollars au premier semestre de cette année contre quasiment 1,7 milliard durant les trois premiers mois de l'année dernière.

Le directeur financier Jim Kavanaugh affirme que ces performances en recul pour les services dans le nuage sont dues entre autres aux effets des cours de change négatifs. Les investisseurs ne sont évidemment pas ravis. Dans le cadre de ce qu'on appelle les tractations d'après-bourse à Wall Street, le cours de l'action d'IBM a nettement plongé.

Fin octobre dernier, IBM annonçait le rachat de l'éditeur de logiciels Red Hat pour un montant supérieur à 33 milliards de dollars. Il s'agissait là d'un des rachats les plus coûteux de l'histoire du secteur technologique américain. Grâce à cette reprise, IBM entend précisément renforcer sa position sur le marché 'cloud'. Au premier trimestre de cette année, Red Hat a enregistré une hausse de quinze pour cent de son chiffre d'affaires. Les analystes examineront surtout les résultats d'IBM ultérieurement cette année, lorsque le rachat de l'éditeur de logiciels open source sera entériné.