Rien n'a filtré à propos du projet de recherche ayant mené à la composition précise de la batterie, mais selon l'agence de presse Reuters, ce serait un matériau provenant de l'eau de mer qui serait exploité. Ce qui est important à signaler ici, c'est que la production n'aurait plus besoin de cobalt, ce qui est aujourd'hui le cas pour les accus lithium-ion.

IBM collabore actuellement avec le département de recherche de Mercedes-Benz, le fournisseur d'électrolyte Central Glass et le fabricant de batteries Sidus pour le développement commercial de l'accu. Il devrait en résulter un prototype opérationnel l'année prochaine.

Avec la percée des smartphones, mais aussi des voitures électriques, la demande de batteries ne cesse de croître. Les actuelles batteries lithium-ion ont cependant besoin de cobalt, lequel s'avère toujours plus difficile à trouver. Quelque soixante pour cent de la production mondiale du cobalt provient du Congo, mais son extraction s'effectue souvent dans conditions très risquées et fait appel aussi à des enfants.

La nouvelle batterie ne sortira probablement pas dans l'immédiat. Après la mise au point d'un prototype opérationnel, quelqu'un devra en effet lancer la nouvelle technologie sur le marché, où elle sera alors achetée par des constructeurs de voitures électriques notamment. IBM se targue cependant déjà que sa technologie sera meilleure que le modèle lithium-ion et ce, tant au niveau du coût, de la durée de recharge que de l'efficience énergétique.

Rien n'a filtré à propos du projet de recherche ayant mené à la composition précise de la batterie, mais selon l'agence de presse Reuters, ce serait un matériau provenant de l'eau de mer qui serait exploité. Ce qui est important à signaler ici, c'est que la production n'aurait plus besoin de cobalt, ce qui est aujourd'hui le cas pour les accus lithium-ion.IBM collabore actuellement avec le département de recherche de Mercedes-Benz, le fournisseur d'électrolyte Central Glass et le fabricant de batteries Sidus pour le développement commercial de l'accu. Il devrait en résulter un prototype opérationnel l'année prochaine.Avec la percée des smartphones, mais aussi des voitures électriques, la demande de batteries ne cesse de croître. Les actuelles batteries lithium-ion ont cependant besoin de cobalt, lequel s'avère toujours plus difficile à trouver. Quelque soixante pour cent de la production mondiale du cobalt provient du Congo, mais son extraction s'effectue souvent dans conditions très risquées et fait appel aussi à des enfants.La nouvelle batterie ne sortira probablement pas dans l'immédiat. Après la mise au point d'un prototype opérationnel, quelqu'un devra en effet lancer la nouvelle technologie sur le marché, où elle sera alors achetée par des constructeurs de voitures électriques notamment. IBM se targue cependant déjà que sa technologie sera meilleure que le modèle lithium-ion et ce, tant au niveau du coût, de la durée de recharge que de l'efficience énergétique.