La revente de Boston Dynamics à Hyundai était depuis quelque temps déjà dans l'air, mais elle est à présent formellement confirmée. Le constructeur automobile sud-coréen disposera de quatre-vingts pour cent des actions, et les autres vingt pour cent resteront dans les mains de l'entreprise japonaise Softbank. Softbank avait elle-même racheté Boston Dynamics en 2017 à Google, qui l'avait à son tour acquise en 2013.

Hyundai Motor annonce que l'entreprise est évaluée à 1,1 milliard de dollars, sans révéler le montant versé pour la participation majoritaire.

Grâce à cette prise de participation dans le fabricant de robots, Hyundai entend entre autres exploiter sa connaissance pour les véhicules autonomes, l'UAM (urban air mobility) et les usines intelligentes. Elle souhaite produire une ligne de composants robotiques, mais elle envisage aussi une logistique intelligente notamment.

Boston Dynamics est surtout connue pour ses robots capables d'effectuer des manipulations assez complexes. Des vidéos de robots qui saisissent des boîtes, gardent leur équilibre, même quand ils sont poussés, et effectuent même des saltos, passent en ligne depuis des années déjà. Le produit le plus connu est probablement le chien-robot Spot. Ce dernier est depuis peu aussi disponible dans notre pays par le biais de l'entreprise ostendaise ZoraBots, qui en assure la distribution en Europe et en Afrique.

Avec cette prise de participation, Hyundai Motor entend exploiter au mieux son potentiel de croissance et le nombre de possibilités de la technologie acquise. Dans le passé, c'était un problème chez Boston Dynamics. Il s'agit certes d'une impressionnante technologie de pointe, mais lorsque l'entreprise était dans le giron de Google, il s'avéra compliqué de rendre les robots utiles sur le plan commercial. Il est possible si pas certain que le constructeur automobile s'y prendra autrement.

La revente de Boston Dynamics à Hyundai était depuis quelque temps déjà dans l'air, mais elle est à présent formellement confirmée. Le constructeur automobile sud-coréen disposera de quatre-vingts pour cent des actions, et les autres vingt pour cent resteront dans les mains de l'entreprise japonaise Softbank. Softbank avait elle-même racheté Boston Dynamics en 2017 à Google, qui l'avait à son tour acquise en 2013.Hyundai Motor annonce que l'entreprise est évaluée à 1,1 milliard de dollars, sans révéler le montant versé pour la participation majoritaire.Grâce à cette prise de participation dans le fabricant de robots, Hyundai entend entre autres exploiter sa connaissance pour les véhicules autonomes, l'UAM (urban air mobility) et les usines intelligentes. Elle souhaite produire une ligne de composants robotiques, mais elle envisage aussi une logistique intelligente notamment.Boston Dynamics est surtout connue pour ses robots capables d'effectuer des manipulations assez complexes. Des vidéos de robots qui saisissent des boîtes, gardent leur équilibre, même quand ils sont poussés, et effectuent même des saltos, passent en ligne depuis des années déjà. Le produit le plus connu est probablement le chien-robot Spot. Ce dernier est depuis peu aussi disponible dans notre pays par le biais de l'entreprise ostendaise ZoraBots, qui en assure la distribution en Europe et en Afrique.Avec cette prise de participation, Hyundai Motor entend exploiter au mieux son potentiel de croissance et le nombre de possibilités de la technologie acquise. Dans le passé, c'était un problème chez Boston Dynamics. Il s'agit certes d'une impressionnante technologie de pointe, mais lorsque l'entreprise était dans le giron de Google, il s'avéra compliqué de rendre les robots utiles sur le plan commercial. Il est possible si pas certain que le constructeur automobile s'y prendra autrement.