La rumeur circule depuis une dizaine de jours déjà, mais Reuters n'en parle qu'à présent. Selon ses sources, il y aurait des négociations en cours avec Digital China, le principal distributeur d'Honor, à propos d'un rachat. TCL et Xiaomi sont aussi cités comme de possibles candidats repreneurs.

Huawei revendrait ses appareils Honor pour 15 à 25 milliards de yuans (1,9 milliard à 3,16 milliards d'euros). L'entreprise même ne réagit en tout cas pas à la rumeur.

Honor existe depuis 2013 et se concentre surtout sur des appareils à moindre coût disponibles principalement en ligne, y compris en Belgique. Maintenant qu'elle est mise sous pression par les embargos commerciaux américains, Huawei souhaiterait se focaliser sur sa marque numéro un (Huawei même) avec des appareils situés dans le segment supérieur du marché.

Au deuxième trimestre de cette année, Honor a vendu quelque 14,6 millions d'appareils, ce qui représente un quart des ventes totales de smartphones d'Huawei, selon Reuters sur base des chiffres publiés par l'analyste de marché Canalys. Mais les marges sur les téléphones bon marché sont plus faibles.

Une scission ne devrait pas être trop compliquée dans la pratique. Les appareils Honor et Huawei sont aujourd'hui déjà des marques assez distinctes. Un rachat porterait sur la marque, la R&D (recherche et développement) et la chaîne d'approvisionnement.

Avantage supplémentaire pour Honor et pour son nouveau propriétaire, c'est que la marque ne serait plus soumise aux sanctions américaines. Même si Honor restait encore et toujours dans des mains chinoises, ce serait en effet moins un problème pour les Etats-Unis.

La rumeur circule depuis une dizaine de jours déjà, mais Reuters n'en parle qu'à présent. Selon ses sources, il y aurait des négociations en cours avec Digital China, le principal distributeur d'Honor, à propos d'un rachat. TCL et Xiaomi sont aussi cités comme de possibles candidats repreneurs.Huawei revendrait ses appareils Honor pour 15 à 25 milliards de yuans (1,9 milliard à 3,16 milliards d'euros). L'entreprise même ne réagit en tout cas pas à la rumeur.Honor existe depuis 2013 et se concentre surtout sur des appareils à moindre coût disponibles principalement en ligne, y compris en Belgique. Maintenant qu'elle est mise sous pression par les embargos commerciaux américains, Huawei souhaiterait se focaliser sur sa marque numéro un (Huawei même) avec des appareils situés dans le segment supérieur du marché.Au deuxième trimestre de cette année, Honor a vendu quelque 14,6 millions d'appareils, ce qui représente un quart des ventes totales de smartphones d'Huawei, selon Reuters sur base des chiffres publiés par l'analyste de marché Canalys. Mais les marges sur les téléphones bon marché sont plus faibles.Une scission ne devrait pas être trop compliquée dans la pratique. Les appareils Honor et Huawei sont aujourd'hui déjà des marques assez distinctes. Un rachat porterait sur la marque, la R&D (recherche et développement) et la chaîne d'approvisionnement.Avantage supplémentaire pour Honor et pour son nouveau propriétaire, c'est que la marque ne serait plus soumise aux sanctions américaines. Même si Honor restait encore et toujours dans des mains chinoises, ce serait en effet moins un problème pour les Etats-Unis.