Zhengfei a prononcé ces mots dans des interviews accordées à The Economist et à The New York Times.

Et d'ajouter qu'un éventuel acheteur aurait aussi le droit d'adapter le code logiciel. Il devrait en résulter que les soi-disant carences et arrières-portes de la technologie, qui sont à la base de cette méfiance, soient abordées sans intervention de la part d'Huawei.

'Huawei est prête à partager sa technologie 5G avec des entreprises américaines, afin qu'elles puissent développer leur propre industrie 5G. Cela devrait générer un équilibre entre la Chine, les Etats-Unis et l'Europe', a déclare Zhengfei. Il n'a pas précisé ce que cette vente pourrait rapporter.

Huawei est un pionnier de la technologie 5G, la cinquième génération de l'internet mobile. Mais les Etats-Unis, surtout, soupçonnent l'entreprise d'aider les autorités chinoises à espionner ou à perturber les services de télécommunications d'autres pays, ce que dément Huawei.

Rien n'a filtré cependant quant à savoir si des entreprises occidentales étaient intéressées et, si oui, lesquelles.