A l'agence de presse Reuters, Vincent Pang, senior vice-president et membre du conseil d'administration d'Huawei, déclare que des négociations ont lieu avec des acteurs télécoms américains, mais à un stade encore très précoce. "Certaines entreprises se concertent avec nous, mais il y a encore un long chemin à parcourir, pour tout finaliser", explique-t-il.

Conjointement avec Ericsson et Nokia, Huawei est un des seuls acteurs à posséder la technologie 5G et capable de la produire à grande échelle. Mais l'entreprise chinoise est vilipendée depuis des années déjà par les Etats-Unis. Il y a d'une part la guerre commerciale opposant ce pays à la Chine. Et d'autre part, il y a les accusations (jamais encore prouvées) d'espionnage, sans compter que l'entreprise aurait enfreint l'embargo commercial américain imposé à l'Iran. Des propositions de loi prévoient donc qu'Huawei soit entièrement exclue des réseaux télécoms américains.

Le mois dernier, le CEO et fondateur d'Huawei, Ren Zhengfei, a par conséquent annoncé une proposition singulière, selon laquelle l'entreprise serait prête à confier sous licence ses brevets, codes et connaissance dans le domaine de la 5G à des opérateurs américains. Il semble donc à présent que certains acteurs soient intéressés par cette approche, même si on est encore loin d'un accord.