Selon Huawei, Oliveira cherche à utiliser les médias pour surfer sur l'attention négative générée par les sanctions américaines prises à l'encontre de la firme chinoise.

Selon le journal d'affaires Wall Street Journal, les autorités américaines recherchent de nouvelles preuves, selon lesquelles Huawei aurait dérobé de la propriété intellectuelle. Et l'une d'elles est l'affaire dévoilée par Oliveira.

En 2014, Oliveira tenta de vendre à Huawei un concept de caméra pour téléphone mobile, selon le groupe chinois, mais en vain. Ensuite, l'entreprise chinoise lança en 2017 sur le marché sa propre caméra panoramique EnVizion 360. Après le lancement, Huawei reçut de la part d'Oliveira plusieurs messages, où il réclamait de "fortes sommes d'argent" en compensation d'une violation de ses brevets aux Etats-Unis. Il menaçait de rendre publiques ses exigences et d'exercer son influence via des "canaux politiques", selon Huawei.