L'année dernière, Huawei a vu son chiffre d'affaires en 'consumer business' croître de cinquante pour cent à 52 milliards de dollars. Cette activité représente à présent 48 pour cent de son chiffre d'affaires total, ce qui signifie qu'Huawei gagne aujourd'hui et pour la première fois plus avec ses smartphones, PC, tablettes et wearables qu'avec son infrastructure télécom.

Il nous faut cependant apporter ici la nuance, selon laquelle la plupart des clients des infrastructures d'Huawei sont actuellement parés au niveau de leur réseau 4G et n'investiront que sous peu dans la 5G. Le rapport entre les deux divisions d'Huawei pourrait donc encore fortement varier en fonction de l'évolution de ce marché.

Mais l'année record pour les smartphones avec quelque 208 millions d'appareils écoulés fait rêver le géant chinois. "Nous voulons devenir le numéro un, même sur le marché américain et ce, cette année déjà ou au plus tard l'an prochain", affirme Richard Yu, directeur de la division à la consommation, lors d'une conférence organisée en Chine.

Il a aussi tenu des propos très clairs sur les accusations (non étayées) en provenance des Etats-Unis: "Nos clients nous font confiance. Il n'y a que les politiciens qui tentent de nous mettre la pression."

5G et smartphones repliables

Fin de l'année passée déjà, Huawei avait laissé entendre qu'elle préparait un smartphone repliable. On sait à présent qu'il sera présenté lors du Mobile World Congress et qu'il sera commercialisé au plus tôt en avril.

Lors du MWC, l'entreprise dévoilera également un jeu de puces 5G, le Balong 5000, qui pourra notamment être utilisé dans les voitures et sera compatible avec plusieurs architectures utilisées dans divers pays. Il est aussi question d'un jeu de puces pour station de base 5G que l'entreprise a déjà mis au point. Huawei ne vendra pas ces jeux de puces séparément (au contraire d'Intel ou de Qualcomm), mais les proposera dans des produits.