Selon ces sources, Huawei a commencé à concevoir des véhicules électriques en interne. En outre, l'entreprise serait en pourparlers avec des constructeurs automobiles chinois pour utiliser leurs usines pour les produire. Elle pourrait confier cette tâche d'assemblement à une filiale du groupe industriel d'État BAIC.

Si Huawei passe effectivement aux voitures électriques, ce sera un changement majeur dans les activités du géant chinois, qui gagne actuellement de l'argent principalement en vendant des smartphones et des équipements pour les réseaux de télécommunications.

'Des risques d'espionnage'

Mais ces deux activités se sont compliquées ces deux dernières années après que les États-Unis ont imposé des sanctions contre Huawei en raison de ses liens prétendument étroits avec l'armée chinoise et des risques éventuels d'espionnage. En conséquence, les fournisseurs américains ne peuvent pas vendre leurs marchandises à la société sans une autorisation spéciale. La vente de produits incorporant la technologie américaine, comme les puces, est également limitée.

Une expansion dans les voitures électriques pourrait dès lors être la réponse pour Huawei. La Chine, pays d'origine, est actuellement le plus grand marché pour ces véhicules. Le gouvernement y encourage vivement le passage à la conduite électrique afin de lutter contre la forte pollution atmosphérique du pays. Selon les estimations, d'ici 2025, les voitures électriques représenteront un cinquième de toutes les voitures vendues dans le pays asiatique.

Selon ces sources, Huawei a commencé à concevoir des véhicules électriques en interne. En outre, l'entreprise serait en pourparlers avec des constructeurs automobiles chinois pour utiliser leurs usines pour les produire. Elle pourrait confier cette tâche d'assemblement à une filiale du groupe industriel d'État BAIC.Si Huawei passe effectivement aux voitures électriques, ce sera un changement majeur dans les activités du géant chinois, qui gagne actuellement de l'argent principalement en vendant des smartphones et des équipements pour les réseaux de télécommunications.Mais ces deux activités se sont compliquées ces deux dernières années après que les États-Unis ont imposé des sanctions contre Huawei en raison de ses liens prétendument étroits avec l'armée chinoise et des risques éventuels d'espionnage. En conséquence, les fournisseurs américains ne peuvent pas vendre leurs marchandises à la société sans une autorisation spéciale. La vente de produits incorporant la technologie américaine, comme les puces, est également limitée.Une expansion dans les voitures électriques pourrait dès lors être la réponse pour Huawei. La Chine, pays d'origine, est actuellement le plus grand marché pour ces véhicules. Le gouvernement y encourage vivement le passage à la conduite électrique afin de lutter contre la forte pollution atmosphérique du pays. Selon les estimations, d'ici 2025, les voitures électriques représenteront un cinquième de toutes les voitures vendues dans le pays asiatique.