Le litige qui durait depuis des années entre le fondeur de puces Qualcomm et Huawei sur de prétendues infractions à des brevets, connaît son dénouement. Huawei est d'accord pour verser 1,8 milliard de dollars à Qualcomm et trouver ainsi un arrangement définitif à cette affaire.

Qualcomm dispose de quelques brevets sur des composants de smartphones et entend bien les faire valoir: soit par le biais de produits propres, soit via des accords de licence. Huawei était l'un de ses clients de licences, mais cela déboucha en 2017 sur une prise de becs. Ce n'est que l'année dernière que les deux parties conclurent un accord temporaire d'échelonnement du paiement des arriérés jusqu'en décembre 2018. A présent, l'affaire est donc définitivement réglée.

Tout semble à présent bel et bien rentré dans l'ordre, car les deux parties annoncent aussitôt qu'elles collaboreront dans les années à venir en matière de brevets et de futures technologies. Il est surtout question de développement et de production de puces 5G. Une collaboration étonnante néanmoins, puisqu'elle s'inscrit en pleine guerre commerciale opposant les Etats-Unis et la Chine! Certes, mais les deux acteurs peuvent néanmoins en tirer profit. Même l'administration Trump ne pourra pas monter sur ses grands chevaux, si pour chaque smartphone chinois vendu à l'étranger, quelques cents sont rétrocédés aux Etats-Unis via les licences Qualcomm.

Cette affaire fait penser à des litiges précédents. L'année dernière encore, un affrontement de longue durée similaire entre Apple et Qualcomm avait lui aussi trouvé son dénouement. Apple avait alors versé plus de 4,5 milliards de dollars à Qualcomm pour des licences.

Le litige qui durait depuis des années entre le fondeur de puces Qualcomm et Huawei sur de prétendues infractions à des brevets, connaît son dénouement. Huawei est d'accord pour verser 1,8 milliard de dollars à Qualcomm et trouver ainsi un arrangement définitif à cette affaire.Qualcomm dispose de quelques brevets sur des composants de smartphones et entend bien les faire valoir: soit par le biais de produits propres, soit via des accords de licence. Huawei était l'un de ses clients de licences, mais cela déboucha en 2017 sur une prise de becs. Ce n'est que l'année dernière que les deux parties conclurent un accord temporaire d'échelonnement du paiement des arriérés jusqu'en décembre 2018. A présent, l'affaire est donc définitivement réglée.Tout semble à présent bel et bien rentré dans l'ordre, car les deux parties annoncent aussitôt qu'elles collaboreront dans les années à venir en matière de brevets et de futures technologies. Il est surtout question de développement et de production de puces 5G. Une collaboration étonnante néanmoins, puisqu'elle s'inscrit en pleine guerre commerciale opposant les Etats-Unis et la Chine! Certes, mais les deux acteurs peuvent néanmoins en tirer profit. Même l'administration Trump ne pourra pas monter sur ses grands chevaux, si pour chaque smartphone chinois vendu à l'étranger, quelques cents sont rétrocédés aux Etats-Unis via les licences Qualcomm.Cette affaire fait penser à des litiges précédents. L'année dernière encore, un affrontement de longue durée similaire entre Apple et Qualcomm avait lui aussi trouvé son dénouement. Apple avait alors versé plus de 4,5 milliards de dollars à Qualcomm pour des licences.