L'information sur la licence n'est cependant pas encore formellement confirmée, mais selon deux sources de l'agence Reuters, la demande a bien été agréée, ce qui fait qu'Huawei serait autorisée à acheter des puces pour des centaines de millions de dollars.

Il ne s'agit toutefois pas de puces pour des smartphones ou de l'équipement télécom, mais pour la voiture. Leur valeur technologique est nettement inférieure. Ces puces représenteraient par conséquent un moindre risque pour la sécurité des Etats-Unis. Il ne semble provisoirement pas qu'il y ait un dégel dans les relations réciproques.

Depuis les sanctions américaines, Huawei recherche des segments de marché où elle jouit d'une plus grande liberté. Il s'agit entre autres des écrans vidéo et des capteurs de voitures. La moindre concession américaine faite à Huawei constitue encore et toujours un sujet politique sensible.

L'information sur la licence n'est cependant pas encore formellement confirmée, mais selon deux sources de l'agence Reuters, la demande a bien été agréée, ce qui fait qu'Huawei serait autorisée à acheter des puces pour des centaines de millions de dollars.Il ne s'agit toutefois pas de puces pour des smartphones ou de l'équipement télécom, mais pour la voiture. Leur valeur technologique est nettement inférieure. Ces puces représenteraient par conséquent un moindre risque pour la sécurité des Etats-Unis. Il ne semble provisoirement pas qu'il y ait un dégel dans les relations réciproques. Depuis les sanctions américaines, Huawei recherche des segments de marché où elle jouit d'une plus grande liberté. Il s'agit entre autres des écrans vidéo et des capteurs de voitures. La moindre concession américaine faite à Huawei constitue encore et toujours un sujet politique sensible.