C'est sous l'appellation Cloud28+ que Hewlett Packard lance un catalogue de services dans le nuage. En fait, il ne s'agit pas d'une offre de HP même, mais bien de divers acteurs tant européens que non-européens se focalisant sur une clientèle dans l'UE. A l'entendre, HP souhaite de cette façon supprimer les obstacles à une adoption du nuage, et notamment le fait que l'Europe n'est pas un marché uniformisé, mais un ensemble de 28 pays, où il n'est pas évident de trouver le partenaire ad hoc.

Le catalogue va de pair avec un plan de certification des partenaires concernés. Les clients devraient ainsi pouvoir juger facilement et de manière transparente quels services ils ont intérêt à acquérir et quels acteurs répondent à leurs exigences en matière de sécurité ou de confidentialité par exemple. Le choix peut aussi se faire sur base de l'emplacement du centre de données.

La communauté ouverte des acteurs 'cloud' comprend des noms connus tels BT, Computacenter, BlackBerry, SFR (une filiale de Numericable) ou Eurocloud. Pour la Belgique, RealDolmen notamment est concernée.

A l'entendre, HP a pris cette initiative pour stimuler l'adoption du nuage. Lors de la conférence de presse dédiée au catalogue 'cloud', des journalistes se sont demandé ce qui pouvait bien se cacher derrière un tel acte de bienfaisance. Xavier Poisson, vicepresident cloud computing EMEA chez HP, leur a répondu de manière très claire et enthousiaste: "Si nous ne créons pas de l'activité pour nos partenaires, c'est nous qui allons connaître des problèmes. C'est du reste aussi ce que veulent les clients. Les entreprises ne veulent pas acheter toute leur infrastructure 'cloud' chez un seul et même partenaire. Ils doivent franchir des obstacles locaux en matière de législation, de SLA ou de sécurité, ce qui justifie la création d'un catalogue 'cloud'. L'on ne va quand même pas faire tourner tous les services d'un hôpital sur Amazon, n'est-ce pas? Personne ne prend un tel risque."

C'est sous l'appellation Cloud28+ que Hewlett Packard lance un catalogue de services dans le nuage. En fait, il ne s'agit pas d'une offre de HP même, mais bien de divers acteurs tant européens que non-européens se focalisant sur une clientèle dans l'UE. A l'entendre, HP souhaite de cette façon supprimer les obstacles à une adoption du nuage, et notamment le fait que l'Europe n'est pas un marché uniformisé, mais un ensemble de 28 pays, où il n'est pas évident de trouver le partenaire ad hoc.Le catalogue va de pair avec un plan de certification des partenaires concernés. Les clients devraient ainsi pouvoir juger facilement et de manière transparente quels services ils ont intérêt à acquérir et quels acteurs répondent à leurs exigences en matière de sécurité ou de confidentialité par exemple. Le choix peut aussi se faire sur base de l'emplacement du centre de données.La communauté ouverte des acteurs 'cloud' comprend des noms connus tels BT, Computacenter, BlackBerry, SFR (une filiale de Numericable) ou Eurocloud. Pour la Belgique, RealDolmen notamment est concernée.A l'entendre, HP a pris cette initiative pour stimuler l'adoption du nuage. Lors de la conférence de presse dédiée au catalogue 'cloud', des journalistes se sont demandé ce qui pouvait bien se cacher derrière un tel acte de bienfaisance. Xavier Poisson, vicepresident cloud computing EMEA chez HP, leur a répondu de manière très claire et enthousiaste: "Si nous ne créons pas de l'activité pour nos partenaires, c'est nous qui allons connaître des problèmes. C'est du reste aussi ce que veulent les clients. Les entreprises ne veulent pas acheter toute leur infrastructure 'cloud' chez un seul et même partenaire. Ils doivent franchir des obstacles locaux en matière de législation, de SLA ou de sécurité, ce qui justifie la création d'un catalogue 'cloud'. L'on ne va quand même pas faire tourner tous les services d'un hôpital sur Amazon, n'est-ce pas? Personne ne prend un tel risque."