L'intérêt d'Helana pour l'IT lui est venu de son frère, qui faisait des études d'ingénieur. 'Il était cinq ans plus âgé que moi et m'expliquait comment certaines choses fonctionnaient', affirme-t-elle. 'Je trouvais cela intéressant. Je ne manquais jamais une occasion d'utiliser mon ordinateur pour mettre ces informations en pratique.' Outre l'IT, le monde médical passionnait aussi fortement Mischel. Elle combine désormais ces deux passions dans son emploi actuel chez Microsoft en Suède. En qualité d'account executive, elle assure la formation d'une équipe de treize collaborateurs. Mischel: 'Nous aidons notamment les zones sanitaires de la Suède à harmoniser leurs stratégies IT avec leurs activités pour leur permettre de créer de la valeur ajoutée.'

En 2015, Helena Mischel fut nominée au titre d'ICT Young Lady of the Year de Data News. Elle apprécia au plus haut point cette reconnaissance: 'Cela vous donne de la visibilité, non seulement au sein de votre propre entreprise, mais aussi dans le secteur ICT. Les femmes y sont encore et toujours sous-représentées. Parfois, il est question d'un environnement de travail provocateur. C'est parfois un combat que de décrire au client ce que nous faisons exactement dans notre entreprise.'

Ouvertes au changement

Le principal défi qui se présente au secteur IT, Helena Mischel le voit comme une très grande opportunité: démontrer aux gens les possibilités de l'IT. 'Une fois qu'ils sont convaincus et enthousiastes, c'est parti. Il n'est pas facile d'extraire les gens de leur zone de confort. Beaucoup pensent que le monde change déjà suffisamment par la simple mise à niveau d'un système d'exploitation. Ils hésitent à effectuer de grands changements et se retiennent. Mais nous devons mieux faire. Nous avons besoin de plus de dynamisme, d'idées et d'implication des collègues.'

Implication sociale

La Suède est connue pour mettre les genres à égalité. Dans le secteur IT, le rapport hommes-femmes est assez positif. 'Mais on pourrait encore faire mieux', déclare Helena. 'Dans pas mal de pays européens, comme la Pologne, on est nettement plus avancé sur ce plan.' Elle observe que dans le secteur IT, les femmes disposent toujours plus souvent de différents arrière-plans. Elles font des études de politique ou d'économie et pas forcément d'informatique. 'Cette diversité est enrichissante. Il est important de recruter des collaborateurs ayant plusieurs compétences et intérêts.'

Durant ses loisirs, Helena Mischel se mêle à la vie sociale. Dans le passé, elle fut impliquée chez DataTjej Association, une organisation non marchande qui stimule l'intérêt des filles pour les données et l'IT, afin d'augmenter le nombre de femmes dans l'industrie IT. Aujourd'hui dans sa commune, elle est la personne de contact - à l'instar d'un mentor - des jeunes en difficultés. De plus, elle fait de la politique à l'échelle locale: 'Apporter ma petite pierre à la société me détend et me donne de l'énergie.'

L'intérêt d'Helana pour l'IT lui est venu de son frère, qui faisait des études d'ingénieur. 'Il était cinq ans plus âgé que moi et m'expliquait comment certaines choses fonctionnaient', affirme-t-elle. 'Je trouvais cela intéressant. Je ne manquais jamais une occasion d'utiliser mon ordinateur pour mettre ces informations en pratique.' Outre l'IT, le monde médical passionnait aussi fortement Mischel. Elle combine désormais ces deux passions dans son emploi actuel chez Microsoft en Suède. En qualité d'account executive, elle assure la formation d'une équipe de treize collaborateurs. Mischel: 'Nous aidons notamment les zones sanitaires de la Suède à harmoniser leurs stratégies IT avec leurs activités pour leur permettre de créer de la valeur ajoutée.'En 2015, Helena Mischel fut nominée au titre d'ICT Young Lady of the Year de Data News. Elle apprécia au plus haut point cette reconnaissance: 'Cela vous donne de la visibilité, non seulement au sein de votre propre entreprise, mais aussi dans le secteur ICT. Les femmes y sont encore et toujours sous-représentées. Parfois, il est question d'un environnement de travail provocateur. C'est parfois un combat que de décrire au client ce que nous faisons exactement dans notre entreprise.'Le principal défi qui se présente au secteur IT, Helena Mischel le voit comme une très grande opportunité: démontrer aux gens les possibilités de l'IT. 'Une fois qu'ils sont convaincus et enthousiastes, c'est parti. Il n'est pas facile d'extraire les gens de leur zone de confort. Beaucoup pensent que le monde change déjà suffisamment par la simple mise à niveau d'un système d'exploitation. Ils hésitent à effectuer de grands changements et se retiennent. Mais nous devons mieux faire. Nous avons besoin de plus de dynamisme, d'idées et d'implication des collègues.'La Suède est connue pour mettre les genres à égalité. Dans le secteur IT, le rapport hommes-femmes est assez positif. 'Mais on pourrait encore faire mieux', déclare Helena. 'Dans pas mal de pays européens, comme la Pologne, on est nettement plus avancé sur ce plan.' Elle observe que dans le secteur IT, les femmes disposent toujours plus souvent de différents arrière-plans. Elles font des études de politique ou d'économie et pas forcément d'informatique. 'Cette diversité est enrichissante. Il est important de recruter des collaborateurs ayant plusieurs compétences et intérêts.'Durant ses loisirs, Helena Mischel se mêle à la vie sociale. Dans le passé, elle fut impliquée chez DataTjej Association, une organisation non marchande qui stimule l'intérêt des filles pour les données et l'IT, afin d'augmenter le nombre de femmes dans l'industrie IT. Aujourd'hui dans sa commune, elle est la personne de contact - à l'instar d'un mentor - des jeunes en difficultés. De plus, elle fait de la politique à l'échelle locale: 'Apporter ma petite pierre à la société me détend et me donne de l'énergie.'