Peu avant minuit le 31 décembre dernier, les ordinateurs de GWK Travelex ont été pris en otage. Suite à cette attaque, l'entreprise s'est vue contrainte de désactiver tous ses sites et services dans quelque vingt pays, dont la Belgique. Les clients ne pouvaient de ce fait plus commander des espèces étrangères en ligne.

Pour rendre les ordinateurs à nouveau accessibles, le bureau de change aurait choisi de verser 285 bitcoins. A ce moment-là, cela représentait un montant de 2,1 millions d'euros. Ce n'est que mi-février que GWK Travelex fut de nouveau accessible en ligne.

Le bureau de change ne souhaite lui-même donner aucun détail sur l'incident. La police britannique mène pour l'instant une enquête pénale à propos de cette attaque au rançongiciel.

En collaboration avec Dutch IT-channel

Peu avant minuit le 31 décembre dernier, les ordinateurs de GWK Travelex ont été pris en otage. Suite à cette attaque, l'entreprise s'est vue contrainte de désactiver tous ses sites et services dans quelque vingt pays, dont la Belgique. Les clients ne pouvaient de ce fait plus commander des espèces étrangères en ligne.Pour rendre les ordinateurs à nouveau accessibles, le bureau de change aurait choisi de verser 285 bitcoins. A ce moment-là, cela représentait un montant de 2,1 millions d'euros. Ce n'est que mi-février que GWK Travelex fut de nouveau accessible en ligne.Le bureau de change ne souhaite lui-même donner aucun détail sur l'incident. La police britannique mène pour l'instant une enquête pénale à propos de cette attaque au rançongiciel.En collaboration avec Dutch IT-channel