Guardsquare reprend l'allemande Breakpoint, une entreprise qui se focalise elle aussi sur la sécurité des applis mobiles avec son produit App-Ray, un moteur de 'Mobile Application Security Testing' (MAST), qui sera désormais intégré aux produits open source et commerciaux de Guardsquare.

Grâce à ce rachat, Guardsquare accueillera deux personnes supplémentaires, ainsi qu'une filiale à Munich. Mais l'ambition est d'y posséder bientôt une équipe de cinq personnes. La localisation et l'arrière-plan de Breakpoint y joueront aussi un rôle.

'Cette entreprise est une émanation du Fraunhofer Institute, l'une des institutions de recherche les plus renommées au monde. Breakpoint effectue depuis des années de la recherche technologique, qui est aussi utilisée par d'autres firmes. De plus, elle dispose de plusieurs brevets', explique Roel Caers, CEO de Guardsquare.

Tout comme Guardsquare est physiquement proche des formations en sciences informatiques dispensées à la KU Leuven, elle se retrouvera désormais à proximité aussi d'une expertise locale à Munich. 'Nous voulions non seulement acquérir un produit, mais nous faire aussi une place là où il y a du talent', affirme Caers.

Du produit à la plate-forme

Le logiciel de Breakpoint va compléter la gamme de Guardsquare. Il permettra d'automatiser les tests de sécurité, ce qui fait que les développeurs recevront plus aisément du feedback et pourront ainsi ajuster leur appli. Il s'agit d'une pièce du puzzle permettant de proposer une plate-forme de sécurité aux développeurs d'applis.

'Initialement, nous étions surtout une entreprise de produits. Si une appli était prête, le développeur pouvait la faire sécuriser par notre solution. Aujourd'hui, nous souhaitons supporter les développeurs tout au long de leur trajet sur le plan sécuritaire. Il y a les étapes 'build', 'test' et 'run': pour 'build' et 'run', nous avons déjà des solutions, en support du testing d'une appli.'

Plus de personnel, davantage de rachats

Ce rachat a lieu une année et demie après que l'entreprise ait récolté 29 millions de dollars auprès de Battery Ventures. Caers: 'A l'époque, nous savions déjà que ce marché était primaire pour nous. Nous avons pris contact avec de solides partenaires et avons recherché la meilleure correspondance avec notre plate-forme.'

Caers ajoute qu'il y avait un autre rachat en vue, mais qui s'avéra moins adéquat au fil du temps. 'Il n'empêche que d'autres rachats sont envisagés, même s'il s'agit d'un long processus et que la crise du corona ajoute encore à la difficulté.'

Indépendamment des rachats, Guardsquare a néanmoins fortement crû et ce, tant en nombre de personnes qu'en gamme de produits. Lorsque Battery Ventures y fit son entrée début 2019, l'entreprise occupait 35 personnes, contre 85 aujourd'hui. 'Rien que le trimestre dernier, nous avons recruté vingt personnes. En même temps, nous sortons actuellement des versions logicielles qui apportent énormément à nos clients et à leurs clients. Cela, nous ne pouvons le réaliser que parce que nous progressons fortement pour l'instant.'

Guardsquare reprend l'allemande Breakpoint, une entreprise qui se focalise elle aussi sur la sécurité des applis mobiles avec son produit App-Ray, un moteur de 'Mobile Application Security Testing' (MAST), qui sera désormais intégré aux produits open source et commerciaux de Guardsquare.Grâce à ce rachat, Guardsquare accueillera deux personnes supplémentaires, ainsi qu'une filiale à Munich. Mais l'ambition est d'y posséder bientôt une équipe de cinq personnes. La localisation et l'arrière-plan de Breakpoint y joueront aussi un rôle.'Cette entreprise est une émanation du Fraunhofer Institute, l'une des institutions de recherche les plus renommées au monde. Breakpoint effectue depuis des années de la recherche technologique, qui est aussi utilisée par d'autres firmes. De plus, elle dispose de plusieurs brevets', explique Roel Caers, CEO de Guardsquare.Tout comme Guardsquare est physiquement proche des formations en sciences informatiques dispensées à la KU Leuven, elle se retrouvera désormais à proximité aussi d'une expertise locale à Munich. 'Nous voulions non seulement acquérir un produit, mais nous faire aussi une place là où il y a du talent', affirme Caers.Du produit à la plate-formeLe logiciel de Breakpoint va compléter la gamme de Guardsquare. Il permettra d'automatiser les tests de sécurité, ce qui fait que les développeurs recevront plus aisément du feedback et pourront ainsi ajuster leur appli. Il s'agit d'une pièce du puzzle permettant de proposer une plate-forme de sécurité aux développeurs d'applis.'Initialement, nous étions surtout une entreprise de produits. Si une appli était prête, le développeur pouvait la faire sécuriser par notre solution. Aujourd'hui, nous souhaitons supporter les développeurs tout au long de leur trajet sur le plan sécuritaire. Il y a les étapes 'build', 'test' et 'run': pour 'build' et 'run', nous avons déjà des solutions, en support du testing d'une appli.'Plus de personnel, davantage de rachatsCe rachat a lieu une année et demie après que l'entreprise ait récolté 29 millions de dollars auprès de Battery Ventures. Caers: 'A l'époque, nous savions déjà que ce marché était primaire pour nous. Nous avons pris contact avec de solides partenaires et avons recherché la meilleure correspondance avec notre plate-forme.'Caers ajoute qu'il y avait un autre rachat en vue, mais qui s'avéra moins adéquat au fil du temps. 'Il n'empêche que d'autres rachats sont envisagés, même s'il s'agit d'un long processus et que la crise du corona ajoute encore à la difficulté.'Indépendamment des rachats, Guardsquare a néanmoins fortement crû et ce, tant en nombre de personnes qu'en gamme de produits. Lorsque Battery Ventures y fit son entrée début 2019, l'entreprise occupait 35 personnes, contre 85 aujourd'hui. 'Rien que le trimestre dernier, nous avons recruté vingt personnes. En même temps, nous sortons actuellement des versions logicielles qui apportent énormément à nos clients et à leurs clients. Cela, nous ne pouvons le réaliser que parce que nous progressons fortement pour l'instant.'