Le marché du smartphone connaît un ralentissement depuis quelque temps déjà. Il n'y a plus guère de grandes innovations, ce qui fait que les consommateurs conservent plus longtemps leur appareil. Ce n'est que quand il y a vraiment une panne ou que la batterie refuse tout service qu'ils jugent que c'est là une raison suffisante pour acquérir un nouveau smartphone.

GSMA a demandé à 38.000 utilisateurs sur 36 marchés s'ils étaient prêts à migrer vers un appareil 5G, mais leur enthousiasme semble limité. The Register a pu consulter cette étude et indique qu'en Europe, aux Etats-Unis et en Australie, seuls 30 à 40 pour cent des utilisateurs envisagent de passer à un appareil 5G. Même si un réseau 5G était soudainement déployé, l'intérêt d'une migration resterait faible.

Ces chiffres décevants s'expliquent probablement en partie du fait que beaucoup de pays ne disposent pas encore d'un réseau 5G à part entière. Dans les pays, où tel est bien le cas, le réseau 5G se limite en général à quelques grandes villes. Il convient encore d'ajouter que la 5G ne génère pour l'instant guère de possibilités supplémentaires au niveau des smartphones. Tel est cependant le cas pour les entreprises ou la technologie du futur (comme les voitures autonomes).

Selon The Register, 28 pour cent des personnes interrogées souhaitent aux Etats-Unis migrer vers un nouvel appareil, lorsque la 5G sera déployée. En France, on en est à 16 pour cent seulement. Pour ce qui est de la notoriété de la technologie, il n'y a provisoirement pas de problème, puisque trois quarts des répondants ont déjà entendu parler de la 5G.

Le marché du smartphone connaît un ralentissement depuis quelque temps déjà. Il n'y a plus guère de grandes innovations, ce qui fait que les consommateurs conservent plus longtemps leur appareil. Ce n'est que quand il y a vraiment une panne ou que la batterie refuse tout service qu'ils jugent que c'est là une raison suffisante pour acquérir un nouveau smartphone.GSMA a demandé à 38.000 utilisateurs sur 36 marchés s'ils étaient prêts à migrer vers un appareil 5G, mais leur enthousiasme semble limité. The Register a pu consulter cette étude et indique qu'en Europe, aux Etats-Unis et en Australie, seuls 30 à 40 pour cent des utilisateurs envisagent de passer à un appareil 5G. Même si un réseau 5G était soudainement déployé, l'intérêt d'une migration resterait faible.Ces chiffres décevants s'expliquent probablement en partie du fait que beaucoup de pays ne disposent pas encore d'un réseau 5G à part entière. Dans les pays, où tel est bien le cas, le réseau 5G se limite en général à quelques grandes villes. Il convient encore d'ajouter que la 5G ne génère pour l'instant guère de possibilités supplémentaires au niveau des smartphones. Tel est cependant le cas pour les entreprises ou la technologie du futur (comme les voitures autonomes). Selon The Register, 28 pour cent des personnes interrogées souhaitent aux Etats-Unis migrer vers un nouvel appareil, lorsque la 5G sera déployée. En France, on en est à 16 pour cent seulement. Pour ce qui est de la notoriété de la technologie, il n'y a provisoirement pas de problème, puisque trois quarts des répondants ont déjà entendu parler de la 5G.