Le directeur Robert Vis n'a pas souhaité révéler ce que MessageBird avait payé pour racheter 24sessions et Hull, mais il a quand même accepté de déclarer que son entreprise a déjà dépensé plus de la moitié des 200 millions de dollars récoltés en octobre dernier auprès d'investisseurs. Fin de l'année passée, MessageBird avait aussi repris la firme Pusher pour 35 millions de dollars. Cette entreprise dispose d'une plate-forme avec laquelle divers services et langues de logiciels peuvent être combinés.

Elément manquant

La valeur marchande de MessageBird a été évaluée à trois milliards de dollars lors de la dernière phase d'investissement. Vis a expliqué que les images vidéo étaient un élément manquant dans son entreprise, qui propose des services de clavardage et d'e-mail. Ce sont surtout les banques, entreprises et organisations dans les soins de santé qui en ont besoin.

L'on s'attend à ce que MessageBird entre à la bourse cette année encore. Selon Vis, l'entreprise s'y prépare certes, mais il s'agit plus d'une option que d'un but ou d'une nécessité: 'Nous sommes rentables depuis quelque temps déjà et avons pas mal de possibilités d'accès à l'argent d'investisseurs, mais nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin. Notre entreprise sera bientôt prête à entrer à la bourse. Reste à savoir si nous allons ou non le faire.'

Le directeur Robert Vis n'a pas souhaité révéler ce que MessageBird avait payé pour racheter 24sessions et Hull, mais il a quand même accepté de déclarer que son entreprise a déjà dépensé plus de la moitié des 200 millions de dollars récoltés en octobre dernier auprès d'investisseurs. Fin de l'année passée, MessageBird avait aussi repris la firme Pusher pour 35 millions de dollars. Cette entreprise dispose d'une plate-forme avec laquelle divers services et langues de logiciels peuvent être combinés.La valeur marchande de MessageBird a été évaluée à trois milliards de dollars lors de la dernière phase d'investissement. Vis a expliqué que les images vidéo étaient un élément manquant dans son entreprise, qui propose des services de clavardage et d'e-mail. Ce sont surtout les banques, entreprises et organisations dans les soins de santé qui en ont besoin.L'on s'attend à ce que MessageBird entre à la bourse cette année encore. Selon Vis, l'entreprise s'y prépare certes, mais il s'agit plus d'une option que d'un but ou d'une nécessité: 'Nous sommes rentables depuis quelque temps déjà et avons pas mal de possibilités d'accès à l'argent d'investisseurs, mais nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin. Notre entreprise sera bientôt prête à entrer à la bourse. Reste à savoir si nous allons ou non le faire.'