C'est l'organisation Médecins Sans Frontières qui avait exprimé le souhait d'une tablette 'anti-Ebola' permettant au personnel médical d'enregistrer les données des patients.

A l'apogée de l'épidémie d'Ebola, les médecins s'échangeaient en effet souvent des messages à distance, afin d'éviter la contamination par contact direct. Une 'source d'erreur', selon Médecins Sans Frontières.

Voilà pourquoi Google, conjointement avec un certain nombre de bénévoles techniques du monde entier, a créé un boîtier pour tablette 'résistant à l'Ebola'.

Le corps médical pourra ainsi tenir à jour la progression de la maladie chez les patients. Toutes les données seront transférées sans fil vers un petit serveur de réseau qui se trouvera à l'extérieur de la zone menacée.

La tablette pourra ainsi résister aussi à une immersion dans une solution de chlore à 0,5 pour cent, capable d'éliminer l'Ebola - si une personne entrait en contact avec ce genre de solution, elle serait exposée à des brûlures chimiques.

La tablette, rechargeable sans fil, a entre-temps été testée avec succès dans un foyer d'Ebola en Sierra Leone. Médecins Sans Frontières espère que cette technologie, qui est open source, sera aussi utilisée dans d'autres régions, où sévit le cholera par exemple.

Source: Automatiseringgids

C'est l'organisation Médecins Sans Frontières qui avait exprimé le souhait d'une tablette 'anti-Ebola' permettant au personnel médical d'enregistrer les données des patients. A l'apogée de l'épidémie d'Ebola, les médecins s'échangeaient en effet souvent des messages à distance, afin d'éviter la contamination par contact direct. Une 'source d'erreur', selon Médecins Sans Frontières. Voilà pourquoi Google, conjointement avec un certain nombre de bénévoles techniques du monde entier, a créé un boîtier pour tablette 'résistant à l'Ebola'. Le corps médical pourra ainsi tenir à jour la progression de la maladie chez les patients. Toutes les données seront transférées sans fil vers un petit serveur de réseau qui se trouvera à l'extérieur de la zone menacée.La tablette pourra ainsi résister aussi à une immersion dans une solution de chlore à 0,5 pour cent, capable d'éliminer l'Ebola - si une personne entrait en contact avec ce genre de solution, elle serait exposée à des brûlures chimiques.La tablette, rechargeable sans fil, a entre-temps été testée avec succès dans un foyer d'Ebola en Sierra Leone. Médecins Sans Frontières espère que cette technologie, qui est open source, sera aussi utilisée dans d'autres régions, où sévit le cholera par exemple. Source: Automatiseringgids