La tendance aux versions mobiles est en cours depuis 2016 déjà, mais à partir de septembre, l'entreprise va indexer par défaut les sites sur base de leur version mobile. Google avait commencé l'année dernière déjà à effectuer des tests et aujourd'hui, l'entreprise le fait déjà pour quelque septante pour cent du web.

Cela signifie que les titres et fragments de texte que Google affiche sur un site, sont par défaut basés sur ce qui apparaît dans la version mobile de ce dernier.

Les webmasters caractérisés par de grandes différences entre leur site mobile et la version desktop sont invités à effectuer des adaptations. Surtout si le site mobile n'affiche pas de données structurées, cela peut avoir des conséquences sur le classement dans le moteur de recherche de Google. Tout propriétaire d'un site réactif ou de diffusion dynamique ne doit pas se faire du souci par contre.

Les sites classiques seront encore et toujours visités par le 'crawler' (robot d'indexation) de Google, à savoir le 'robot' qui visite et passe en revue les sites, mais nettement moins. Les gestionnaires de sites web verront donc deux types de 'crawlers', mais à terme, ce sera surtout la version mobile qui sera sollicitée à des fins d'indexation.

La tendance aux versions mobiles est en cours depuis 2016 déjà, mais à partir de septembre, l'entreprise va indexer par défaut les sites sur base de leur version mobile. Google avait commencé l'année dernière déjà à effectuer des tests et aujourd'hui, l'entreprise le fait déjà pour quelque septante pour cent du web.Cela signifie que les titres et fragments de texte que Google affiche sur un site, sont par défaut basés sur ce qui apparaît dans la version mobile de ce dernier.Les webmasters caractérisés par de grandes différences entre leur site mobile et la version desktop sont invités à effectuer des adaptations. Surtout si le site mobile n'affiche pas de données structurées, cela peut avoir des conséquences sur le classement dans le moteur de recherche de Google. Tout propriétaire d'un site réactif ou de diffusion dynamique ne doit pas se faire du souci par contre.Les sites classiques seront encore et toujours visités par le 'crawler' (robot d'indexation) de Google, à savoir le 'robot' qui visite et passe en revue les sites, mais nettement moins. Les gestionnaires de sites web verront donc deux types de 'crawlers', mais à terme, ce sera surtout la version mobile qui sera sollicitée à des fins d'indexation.