L'entreprise semble tirer des leçons de quelques importants événements d'actualité de ces dernières années, dont par exemple les élections présidentielles américaines, mais aussi la confusion régnant après des attentats. C'est à de tels moments que se propage souvent la désinformation, qui aboutit dans les zones supérieures des résultats de recherche. Le label, qui sera placé à proximité des nouveaux sujets d'actualité, conseillera aux utilisateurs d'y revenir plus tard, lorsqu'il y aura davantage d'informations disponibles.

Selon Google, il faut souvent attendre quelque peu, avant que les médias fiables ne mettent des informations en ligne, le temps pour eux de contrôler et recouper témoignages et sources. Dans les premières minutes et heures suivant un événement, la situation est souvent très chaotique. Ce sont alors surtout les sites à sensation qui se distinguent. Avec ce genre d'avertissement, Google espère tempérer un tant soit peu la vague de désinformation.

L'entreprise semble tirer des leçons de quelques importants événements d'actualité de ces dernières années, dont par exemple les élections présidentielles américaines, mais aussi la confusion régnant après des attentats. C'est à de tels moments que se propage souvent la désinformation, qui aboutit dans les zones supérieures des résultats de recherche. Le label, qui sera placé à proximité des nouveaux sujets d'actualité, conseillera aux utilisateurs d'y revenir plus tard, lorsqu'il y aura davantage d'informations disponibles.Selon Google, il faut souvent attendre quelque peu, avant que les médias fiables ne mettent des informations en ligne, le temps pour eux de contrôler et recouper témoignages et sources. Dans les premières minutes et heures suivant un événement, la situation est souvent très chaotique. Ce sont alors surtout les sites à sensation qui se distinguent. Avec ce genre d'avertissement, Google espère tempérer un tant soit peu la vague de désinformation.