En reprenant Eyefluence, Google disposera peut-être bien d'une nouvelle pièce du puzzle qui lui permettra de concrétiser ses ambitions dans le domaine de la réalité virtuelle. La start-up prépare en effet un outil destiné à commander des écrans numériques au moyen des mouvements des yeux. En jargon, cela s'appelle 'eye tracking' (suivi oculaire), où des caméras suivent vos yeux et tentent ainsi de savoir où vous voulez aller. Il s'agit là d'une des solutions rêvées pour commander les réalités virtuelle et augmentée.

Eyefluence existe depuis trois ans et a durant cette période récolté probablement déjà quelque 21,6 millions de dollars d'investissement. L'on ne connaît pas le montant versé par Alphabet pour l'acquérir. Cela fait quelque temps déjà que Google investit dans la réalité virtuelle avec des projets précoces tels Cardboard pour Android. Son nouveau casque-lunettes VR mobile, le Daydream, qui devrait sortir en novembre, recourt déjà au suivi oculaire.

En reprenant Eyefluence, Google disposera peut-être bien d'une nouvelle pièce du puzzle qui lui permettra de concrétiser ses ambitions dans le domaine de la réalité virtuelle. La start-up prépare en effet un outil destiné à commander des écrans numériques au moyen des mouvements des yeux. En jargon, cela s'appelle 'eye tracking' (suivi oculaire), où des caméras suivent vos yeux et tentent ainsi de savoir où vous voulez aller. Il s'agit là d'une des solutions rêvées pour commander les réalités virtuelle et augmentée. Eyefluence existe depuis trois ans et a durant cette période récolté probablement déjà quelque 21,6 millions de dollars d'investissement. L'on ne connaît pas le montant versé par Alphabet pour l'acquérir. Cela fait quelque temps déjà que Google investit dans la réalité virtuelle avec des projets précoces tels Cardboard pour Android. Son nouveau casque-lunettes VR mobile, le Daydream, qui devrait sortir en novembre, recourt déjà au suivi oculaire.