L'accord avait été annoncé en juin 2019 déjà, mais en décembre, le contrôleur de la concurrence britannique - la Competition and Markets Authority - entama une enquête. La CMA voulait entre autres savoir si la fusion des deux firmes entraînerait une hausse des prix ou une perte de la qualité, mais elle signale à présent que Google est encore et toujours concurrencée par d'autres géants technologiques sur ce plan, dont Microsoft, SAP et IBM.

Looker développe des logiciels de 'business intelligence' pour les entreprises. Elle conçoit notamment des tableaux de bord d'analyse web et de vente, ainsi que de marketing numérique. En effectuant ce rachat, Google Cloud semble vouloir combler son retard sur Amazon Web Services. Cet acteur 'cloud' possédait en 2019 une part de quelque 32 pour cent sur un marché gigantesque, encore et toujours en croissance. A la deuxième place du classement, on trouve Azure avec quelque 17 pour cent. Google Cloud tente donc de s'y imposer elle aussi. L'année dernière, elle détenait une part de marché de six pour cent environ, deux fois plus que l'année précédente, selon l'analyste Canalys.

Il s'agit là d'un des plus importants rachats dans l'histoire récente de Google et la première grande transaction pour le nouveau directeur de Google Cloud, Thomas Kurian. Le précédent véritable grand rachat datait de début 2019, lorsque le géant technologique s'empara de l'entreprise de 'wearables' Fitbit pour 2,1 milliards de dollars.

L'accord avait été annoncé en juin 2019 déjà, mais en décembre, le contrôleur de la concurrence britannique - la Competition and Markets Authority - entama une enquête. La CMA voulait entre autres savoir si la fusion des deux firmes entraînerait une hausse des prix ou une perte de la qualité, mais elle signale à présent que Google est encore et toujours concurrencée par d'autres géants technologiques sur ce plan, dont Microsoft, SAP et IBM. Looker développe des logiciels de 'business intelligence' pour les entreprises. Elle conçoit notamment des tableaux de bord d'analyse web et de vente, ainsi que de marketing numérique. En effectuant ce rachat, Google Cloud semble vouloir combler son retard sur Amazon Web Services. Cet acteur 'cloud' possédait en 2019 une part de quelque 32 pour cent sur un marché gigantesque, encore et toujours en croissance. A la deuxième place du classement, on trouve Azure avec quelque 17 pour cent. Google Cloud tente donc de s'y imposer elle aussi. L'année dernière, elle détenait une part de marché de six pour cent environ, deux fois plus que l'année précédente, selon l'analyste Canalys.Il s'agit là d'un des plus importants rachats dans l'histoire récente de Google et la première grande transaction pour le nouveau directeur de Google Cloud, Thomas Kurian. Le précédent véritable grand rachat datait de début 2019, lorsque le géant technologique s'empara de l'entreprise de 'wearables' Fitbit pour 2,1 milliards de dollars.