Quiconque saisit une chanson sur Google, reçoit en plus des résultats de recherche les paroles complètes dans un écran d'info séparé. Depuis que Google s'est lancée dans cette démarche, Genius.com a enregistré une diminution de son trafic, comme se plaignent les fondateurs du site web dans The Wall Street Journal. De plus, Google reprendrait également des textes de ce site web. Les premiers soupçons de Genius datent d'il y a trois ans, lorsque le site découvrit exactement le même texte d'une chanson de Panda du rappeur Desiigner dans les résultats de recherche. Sur d'autres sites web, il y a souvent de petites erreurs dans les transcriptions de ce rap malaisément compréhensible, alors que Genius était le seul à avoir obtenu le texte de l'artiste hiphop.

Depuis lors, Genius a intégré une sorte de filigrane dans ses paroles, à savoir des apostrophes droites et penchées utilisées de manière conséquente entre elles. Lorsque les deux types d'apostrophes sont transformés en points et en tirets, puis traduits en alphabet Morse, ils forment le message 'red handed' (qui signifie 'en flagrant délit' en anglais). Genius déclare pouvoir ainsi démontrer que Google a copié plus de cent textes de chansons sans autorisation. The Wall Street Journal l'a contrôlé sur base de trois chansons prises au hasard et y a en effet retrouvé des modèles. Entre-temps, Google a redressé toutes les apostrophes dans les textes apparaissant dans ses résultats de recherche.

Genius déclare avoir envoyé des avertissements à Google depuis 2017 déjà. Mais la firme technologique se dit innocente. "Nous prenons très au sérieux la qualité des données et les droits des auteurs et renvoyons à chaque partenaire détenteur d'une licence la responsabilité des conditions de l'accord passé avec lui", a réagi Google dans un premier temps. L'entreprise canadienne LyricFind, qui collabore en la matière avec le géant technologique depuis 2016, dément reprendre des textes de chansons de Genius. Dans une réaction ultérieure, Google signale qu'elle va examiner la question et "mettre fin aux accords conclus avec des partenaires recourant à des pratiques douteuses".

Le risque que cette affaire se termine en Justice, est faible dans la mesure où Genius ne dispose pas des droits d'auteur sur les paroles des chansons qu'il collecte.