Le Translatotron à connotation science-fiction légèrement rétro est un projet de recherche de Google, qui convertit des phrases prononcées dans une langue en leur pendant dans une autre langue. Ce qui est étonnant ici, c'est que ces phrases prononcées ne sont pas traduites d'abord en texte, comme c'est le cas jusqu'à présent avec quasiment tous les traducteurs existants. Le Translatotron se base uniquement sur le son. De cette manière, le ton utilisé par la personne qui parle, devrait être mieux conservé.

Il s'agit provisoirement d'une expérience réalisée par des chercheurs de Google. L'omission des étapes traditionnelles - voix vers texte, traduction du texte dans une autre langue, et texte vers voix - devrait réduire le risque d'erreurs et se rapprocher de la façon dont le cerveau humain effectue le travail de traduction. La plupart des Belges polyglottes n'écrivent en effet pas d'abord une phrase entendue en français ou en néerlandais, avant de la traduire sur papier pour savoir ce qui a été dit.

Le Translatotron fonctionne par conséquent avec des spectrogrammes, à savoir l'analyse des fréquences audio d'un texte prononcé. L'algorithme a comme tâche de convertir directement les spectrogrammes d'une langue en des spectrogrammes d'une autre langue. Selon les chercheurs, cette technique n'est pas encore aussi précise que les traducteurs machines existants pour du texte, mais ces derniers ont mis aussi quelques années pour accumuler de 'l'expérience'.