La principale commande de recherche dans le moteur Bing de Microsoft porte sur le mot-clé 'Google'. Voilà du moins ce qu'affirme Google elle-même dans le cadre d'un procès intenté contre la Commission européenne. En intentant ce procès, le géant technologique conteste une amende européenne précédente d'un montant de 4,3 milliards d'euros.

Selon la Commission européenne, Google a abusé de sa position dominante en exploitant le succès d'Android sur le marché des smartphones pour faire de Google le moteur de recherche par défaut. Google même déclare disposer tout simplement du moteur de recherche le plus populaire. 'Les gens utilisent Google, parce qu'ils en ont décidé ainsi et pas parce qu'ils y ont été contraints', affirme Alfonso Lamadrid, l'avocat de Google, dans un rapport publié par l'agence Bloomberg.

L'amende ne porte cependant pas tant sur la popularité du moteur de recherche de Google que sur le fait que les fabricants d'appareils Android intègrent par défaut le moteur de recherche en question et le navigateur web Chrome dans tous les smartphones, ce qui fait que les utilisateurs ne choisissent que rarement de télécharger une autre appli. Google aurait également payé quelques-uns de ces fabricants pour faire de Google l'appli de recherche par défaut.

La principale commande de recherche dans le moteur Bing de Microsoft porte sur le mot-clé 'Google'. Voilà du moins ce qu'affirme Google elle-même dans le cadre d'un procès intenté contre la Commission européenne. En intentant ce procès, le géant technologique conteste une amende européenne précédente d'un montant de 4,3 milliards d'euros.Selon la Commission européenne, Google a abusé de sa position dominante en exploitant le succès d'Android sur le marché des smartphones pour faire de Google le moteur de recherche par défaut. Google même déclare disposer tout simplement du moteur de recherche le plus populaire. 'Les gens utilisent Google, parce qu'ils en ont décidé ainsi et pas parce qu'ils y ont été contraints', affirme Alfonso Lamadrid, l'avocat de Google, dans un rapport publié par l'agence Bloomberg.L'amende ne porte cependant pas tant sur la popularité du moteur de recherche de Google que sur le fait que les fabricants d'appareils Android intègrent par défaut le moteur de recherche en question et le navigateur web Chrome dans tous les smartphones, ce qui fait que les utilisateurs ne choisissent que rarement de télécharger une autre appli. Google aurait également payé quelques-uns de ces fabricants pour faire de Google l'appli de recherche par défaut.