Keen, comme la plate-forme s'appelle, est disponible sur le web et via Android. Selon son créateur CJ Adams, elle devrait offrir une alternative à la 'navigation irréfléchie' dans les flux en ligne. L'idée sous-jacente est de choisir à quoi consacrer davantage de temps, puis d'améliorer le contenu en question, selon Adams dans un communiqué posté sur son blog. C'est ainsi qu'on crée un 'keen' (sorte de tableau) sur un sujet, que ce soit à propos de faire son pain soi-même, de k-pop ou de design graphique, avec des photos et des posts sur ledit sujet, qui peut ensuite être partagé. Keen doit aussi vous aider à trouver du nouveau contenu basé sur vos centres d'intérêt. Google mise ici nettement sur son apprentissage machine, afin de puiser des informations liées à vos sujets favoris et ce, même si vous n'avez pas encore stocké beaucoup de liens.

Cela ressemble fortement aux 'tableaux' de Pinterest, auxquels on a ajouté un soupçon de 'Google Alerts'. Cela fait déjà quelque temps que Google s'est aventurée sur le marché des médias sociaux (rappelez-vous Google Plus). Il est donc intéressant de voir qu'elle remet le couvert. Le concurrent possible Pinterest est devenu entre-temps un acteur en vue dans la niche 'hobby' du web, une niche que semble donc cibler Keen. Mais alors que Google mise sur l'apprentissage machine, Pinterest s'appuie sur ses propres investissements dans l'intelligence artificielle, mais aussi sur une ample base d'utilisateurs bricoleurs qui se recommandent mutuellement des posts.

Keen, comme la plate-forme s'appelle, est disponible sur le web et via Android. Selon son créateur CJ Adams, elle devrait offrir une alternative à la 'navigation irréfléchie' dans les flux en ligne. L'idée sous-jacente est de choisir à quoi consacrer davantage de temps, puis d'améliorer le contenu en question, selon Adams dans un communiqué posté sur son blog. C'est ainsi qu'on crée un 'keen' (sorte de tableau) sur un sujet, que ce soit à propos de faire son pain soi-même, de k-pop ou de design graphique, avec des photos et des posts sur ledit sujet, qui peut ensuite être partagé. Keen doit aussi vous aider à trouver du nouveau contenu basé sur vos centres d'intérêt. Google mise ici nettement sur son apprentissage machine, afin de puiser des informations liées à vos sujets favoris et ce, même si vous n'avez pas encore stocké beaucoup de liens.Cela ressemble fortement aux 'tableaux' de Pinterest, auxquels on a ajouté un soupçon de 'Google Alerts'. Cela fait déjà quelque temps que Google s'est aventurée sur le marché des médias sociaux (rappelez-vous Google Plus). Il est donc intéressant de voir qu'elle remet le couvert. Le concurrent possible Pinterest est devenu entre-temps un acteur en vue dans la niche 'hobby' du web, une niche que semble donc cibler Keen. Mais alors que Google mise sur l'apprentissage machine, Pinterest s'appuie sur ses propres investissements dans l'intelligence artificielle, mais aussi sur une ample base d'utilisateurs bricoleurs qui se recommandent mutuellement des posts.