La fonction de recherche de places vacantes sera déployée progressivement en Belgique au cours des prochaines semaines. L'utilisateur disposera d'une nouvelle barre d'offres d'emploi, lorsqu'il recherchera un descriptif de fonction tel 'marketeur' numérique ou soudeur. Il pourra ensuite cliquer sur ces offres pour obtenir davantage d'informations, comme un descriptif de l'emploi ou de l'entreprise. Pour postuler, Google l'orientera vers le site web, où a été insérée l'offre d'emploi. Cela pourra être un site de places vacantes ou le site de l'entreprise même.

"Le but de la recherche Google est de donner aux gens les réponses les plus pertinentes dans leur recherche en ligne", déclare Thierry Geerts, country manager Google Belgium, lors d'une conférence de presse en ligne. "Avec cette nouvelle fonction, nous allons orienter les personnes vers plusieurs sites web d'offres d'emploi susceptibles de les intéresser."

., Google
. © Google

Pour cette fonction, Google collabore avec les différents services régionaux pour l'emploi Forem, VDAB et Actiris. Le site d'emplois Jobat et l'agence d'intérim Randstad y ont adhéré également dès le début. "Mais ce sera un écosystème ouvert disponible pour tous les sites web intéressés", insiste Geerts.

L'objectif de tout cela est d'amplifier la portée des offres d'emploi. "Au cours des six premiers mois de cette année, on a observé un net recul du nombre d'offres d'emploi en raison de la crise du corona et ce, même si nous revenons progressivement au niveau d'avant le covid-19", affirme Wim Adriaens, administrateur délégué du VDAB flamand. "Nous souhaitons proposer à chaque citoyen des perspectives au niveau des possibilités d'emploi, tout en offrant aussi aux employeurs une vision sur le talent. Une première étape consiste à soumettre les offres d'emploi au plus grande nombre de personnes possible. Pour cela, nous comptons non seulement sur nos propre outils, mais aussi sur ceux de partenaires."

Ces derniers mois, on a enregistré une diminution des offres d'emploi, ainsi qu'une augmentation du chômage. "En août, le chômage chez les jeunes a crû de 18,9 pour cent à Bruxelles, ce qu'on n'avait plus vu depuis des années", explique Caroline Mancel, administratrice déléguée d'Actiris. Pour atteindre ce groupe-cible, le service public devra adapter son modèle, selon elle: "En facilitant l'orientation vers nos offres d'emploi, nous améliorerons leur visibilité."

Par souci d'exhaustivité, sachez encore que Google ne prodiguera pas de conseils sur base d'instructions de recherche précédentes ou du profil en ligne de l'utilisateur. Il sera possible de se connecter à Google pour paramétrer des notifications par exemple pour certains profils d'offres d'emploi.

La fonction de recherche de places vacantes sera déployée progressivement en Belgique au cours des prochaines semaines. L'utilisateur disposera d'une nouvelle barre d'offres d'emploi, lorsqu'il recherchera un descriptif de fonction tel 'marketeur' numérique ou soudeur. Il pourra ensuite cliquer sur ces offres pour obtenir davantage d'informations, comme un descriptif de l'emploi ou de l'entreprise. Pour postuler, Google l'orientera vers le site web, où a été insérée l'offre d'emploi. Cela pourra être un site de places vacantes ou le site de l'entreprise même. "Le but de la recherche Google est de donner aux gens les réponses les plus pertinentes dans leur recherche en ligne", déclare Thierry Geerts, country manager Google Belgium, lors d'une conférence de presse en ligne. "Avec cette nouvelle fonction, nous allons orienter les personnes vers plusieurs sites web d'offres d'emploi susceptibles de les intéresser."Pour cette fonction, Google collabore avec les différents services régionaux pour l'emploi Forem, VDAB et Actiris. Le site d'emplois Jobat et l'agence d'intérim Randstad y ont adhéré également dès le début. "Mais ce sera un écosystème ouvert disponible pour tous les sites web intéressés", insiste Geerts.L'objectif de tout cela est d'amplifier la portée des offres d'emploi. "Au cours des six premiers mois de cette année, on a observé un net recul du nombre d'offres d'emploi en raison de la crise du corona et ce, même si nous revenons progressivement au niveau d'avant le covid-19", affirme Wim Adriaens, administrateur délégué du VDAB flamand. "Nous souhaitons proposer à chaque citoyen des perspectives au niveau des possibilités d'emploi, tout en offrant aussi aux employeurs une vision sur le talent. Une première étape consiste à soumettre les offres d'emploi au plus grande nombre de personnes possible. Pour cela, nous comptons non seulement sur nos propre outils, mais aussi sur ceux de partenaires." Ces derniers mois, on a enregistré une diminution des offres d'emploi, ainsi qu'une augmentation du chômage. "En août, le chômage chez les jeunes a crû de 18,9 pour cent à Bruxelles, ce qu'on n'avait plus vu depuis des années", explique Caroline Mancel, administratrice déléguée d'Actiris. Pour atteindre ce groupe-cible, le service public devra adapter son modèle, selon elle: "En facilitant l'orientation vers nos offres d'emploi, nous améliorerons leur visibilité."Par souci d'exhaustivité, sachez encore que Google ne prodiguera pas de conseils sur base d'instructions de recherche précédentes ou du profil en ligne de l'utilisateur. Il sera possible de se connecter à Google pour paramétrer des notifications par exemple pour certains profils d'offres d'emploi.