Il s'agit d'un partenariat conclu avec MongoDB, Redis Labs, Elastic, Datastax, Neo4j, InfluxData et Confluent. Google intégrera leurs services gérés à la Google Cloud Platform, qui proposera ainsi directement une expérience unique, un support unique et une imputation unique. "Nous voulons ainsi rendre l'expérience à la fois irréprochable et sans complexe", déclare Kevin Ichhpurani, vicepresident global ecosystem & business development.

Les sept acteurs continueront cependant de proposer séparément aussi leurs technologies respectives, mais Google intégrera celles-ci à la plate-forme Google Cloud, conjointement avec le plus possible de ses propres services.

Cela se fera-t-il directement à l'échelle mondiale? Cela dépendra de chaque entreprise individuelle. "Les acteurs choisiront eux-mêmes leur disponibilité", précise Ichhpurani. "De notre côté, nous pourrons le permettre dans tous nos nuages régionaux. Mais c'est à eux qu'il appartiendra de décider les régions qu'ils veulent supporter."

Le Google Cloud étendu à Seoul et Salt Lake City

En marge de cette annonce, Google a également annoncé qu'elle va étendre ses 'cloud regions' en 2020 à deux zones supplémentaires: Salt Lake City (Etats-Unis) et Seoul (Corée du Sud). Selon Google, il s'agit là d'une réponse à la demande croissante des clients.

Aujourd'hui, Google dispose de centres de données dans 19 régions, subdivisées en 58 zones réparties sur 14 pays, dont la Belgique. A l'entendre, la Belgique a investi 47 milliards de dollars environ dans ses centres données entre début 2016 et l'année dernière.