Il s'agit d'un partenariat conclu avec MongoDB, Redis Labs, Elastic, Datastax, Neo4j, InfluxData et Confluent. Google intégrera leurs services gérés à la Google Cloud Platform, qui proposera ainsi directement une expérience unique, un support unique et une imputation unique. "Nous voulons ainsi rendre l'expérience à la fois irréprochable et sans complexe", déclare Kevin Ichhpurani, vicepresident global ecosystem & business development.

Les sept acteurs continueront cependant de proposer séparément aussi leurs technologies respectives, mais Google intégrera celles-ci à la plate-forme Google Cloud, conjointement avec le plus possible de ses propres services.

Cela se fera-t-il directement à l'échelle mondiale? Cela dépendra de chaque entreprise individuelle. "Les acteurs choisiront eux-mêmes leur disponibilité", précise Ichhpurani. "De notre côté, nous pourrons le permettre dans tous nos nuages régionaux. Mais c'est à eux qu'il appartiendra de décider les régions qu'ils veulent supporter."

Le Google Cloud étendu à Seoul et Salt Lake City

En marge de cette annonce, Google a également annoncé qu'elle va étendre ses 'cloud regions' en 2020 à deux zones supplémentaires: Salt Lake City (Etats-Unis) et Seoul (Corée du Sud). Selon Google, il s'agit là d'une réponse à la demande croissante des clients.

Aujourd'hui, Google dispose de centres de données dans 19 régions, subdivisées en 58 zones réparties sur 14 pays, dont la Belgique. A l'entendre, la Belgique a investi 47 milliards de dollars environ dans ses centres données entre début 2016 et l'année dernière.

Il s'agit d'un partenariat conclu avec MongoDB, Redis Labs, Elastic, Datastax, Neo4j, InfluxData et Confluent. Google intégrera leurs services gérés à la Google Cloud Platform, qui proposera ainsi directement une expérience unique, un support unique et une imputation unique. "Nous voulons ainsi rendre l'expérience à la fois irréprochable et sans complexe", déclare Kevin Ichhpurani, vicepresident global ecosystem & business development.Les sept acteurs continueront cependant de proposer séparément aussi leurs technologies respectives, mais Google intégrera celles-ci à la plate-forme Google Cloud, conjointement avec le plus possible de ses propres services.Cela se fera-t-il directement à l'échelle mondiale? Cela dépendra de chaque entreprise individuelle. "Les acteurs choisiront eux-mêmes leur disponibilité", précise Ichhpurani. "De notre côté, nous pourrons le permettre dans tous nos nuages régionaux. Mais c'est à eux qu'il appartiendra de décider les régions qu'ils veulent supporter."Le Google Cloud étendu à Seoul et Salt Lake CityEn marge de cette annonce, Google a également annoncé qu'elle va étendre ses 'cloud regions' en 2020 à deux zones supplémentaires: Salt Lake City (Etats-Unis) et Seoul (Corée du Sud). Selon Google, il s'agit là d'une réponse à la demande croissante des clients.Aujourd'hui, Google dispose de centres de données dans 19 régions, subdivisées en 58 zones réparties sur 14 pays, dont la Belgique. A l'entendre, la Belgique a investi 47 milliards de dollars environ dans ses centres données entre début 2016 et l'année dernière.