L'enquête fait suite à des plaintes déposées en 2018 par des organisations de consommateurs. Elles accusaient Google de collecter des données de téléphones dévoilant sur les utilisateurs bien d'autres informations que leur emplacement. Lors de la visite d'endroits comme des bars, magasins ou lieux de prières par exemple, des renseignements sont collectés à propos des préférences sexuelles, politiques, religieuses, etc. des utilisateurs.

Comme le siège européen de Google est établi en Irlande, l'enquête est dirigée par le contrôleur irlandais Irish Data Protection Commission. Le bureau européen des unions de consommateurs BEUC salue la tenue de cette enquête: "Les consommateurs européens ont été depuis bien trop longtemps les victimes de ces pratiques. Ils ne peuvent être mis sous surveillance commerciale."

La crédibilité en jeu

Le BEUC déclare s'attendre à ce que l'enquête du contrôleur irlandais remonte au moment, où les plaintes ont été déposées, soit il y a quelque quatorze mois. "C'est la crédibilité du maintien de l'ordonnance européenne en matière de protection des données qui est en jeu", affirme un porte-parole. "Le consommateur a besoin de la protection des autorités, qui appliquent des sanctions en cas d'infraction à la loi."

Le contrôleur irlandais mène déjà une autre enquête sur Google. Elle porte sur le traitement des données d'utilisateurs en matière publicitaire. Mais cela ne s'arrête pas là, puisque des enquêtes sont aussi en cours à propos de WhatsApp qui partagerait des données avec sa société-mère Facebook, Twitter et l'appli de rencontres Tinder.

L'enquête fait suite à des plaintes déposées en 2018 par des organisations de consommateurs. Elles accusaient Google de collecter des données de téléphones dévoilant sur les utilisateurs bien d'autres informations que leur emplacement. Lors de la visite d'endroits comme des bars, magasins ou lieux de prières par exemple, des renseignements sont collectés à propos des préférences sexuelles, politiques, religieuses, etc. des utilisateurs.Comme le siège européen de Google est établi en Irlande, l'enquête est dirigée par le contrôleur irlandais Irish Data Protection Commission. Le bureau européen des unions de consommateurs BEUC salue la tenue de cette enquête: "Les consommateurs européens ont été depuis bien trop longtemps les victimes de ces pratiques. Ils ne peuvent être mis sous surveillance commerciale."Le BEUC déclare s'attendre à ce que l'enquête du contrôleur irlandais remonte au moment, où les plaintes ont été déposées, soit il y a quelque quatorze mois. "C'est la crédibilité du maintien de l'ordonnance européenne en matière de protection des données qui est en jeu", affirme un porte-parole. "Le consommateur a besoin de la protection des autorités, qui appliquent des sanctions en cas d'infraction à la loi."Le contrôleur irlandais mène déjà une autre enquête sur Google. Elle porte sur le traitement des données d'utilisateurs en matière publicitaire. Mais cela ne s'arrête pas là, puisque des enquêtes sont aussi en cours à propos de WhatsApp qui partagerait des données avec sa société-mère Facebook, Twitter et l'appli de rencontres Tinder.