Intitulé Apricot, il prévoit l'installation d'ici 2024 d'un nouveau câble sous-marin reliant le Japon à Singapour via Taiwan, Guam, les Philippines et l'Indonésie. L'objectif est de disposer d'un réseau de plus de 12 000 kilomètres de long capable de transmettre plus de 190 téraoctets de données par seconde dès sa mise en service.

Pour ce projet, tant Google que Facebook mettent les petits plats dans les grands. Facebook fait part de sa participation au projet. Chez Google, il s'agit plutôt d'une annonce concernant le déploiement de son câble sous-marin. Dans la pratique, il semble toutefois que les deux mastodontes soient avant tout des prêteurs de fonds.

Plusieurs sites d'information asiatiques parlent en effet d'un projet de l'opérateur télécom philippin PLDT qui y a investi 3,9 milliards de pesos philippins (65,5 millions d'euros). Selon Telecompaper, l'opérateur taiwanais Chunghwa Telecom serait également de la partie. On ignore le montant total que Google et Facebook ont investi dans le projet.

De nos jours, des câbles sous-marins relient déjà les différents pays, mais la demande de capacité supplémentaire continue d'augmenter chaque année. Selon les acteurs concernés, il est également utile de disposer de plusieurs connexions empruntant différentes routes afin de pouvoir assurer le trafic Internet via d'autres connexions en cas de problèmes techniques ou de dégâts matériels.

Intitulé Apricot, il prévoit l'installation d'ici 2024 d'un nouveau câble sous-marin reliant le Japon à Singapour via Taiwan, Guam, les Philippines et l'Indonésie. L'objectif est de disposer d'un réseau de plus de 12 000 kilomètres de long capable de transmettre plus de 190 téraoctets de données par seconde dès sa mise en service.Pour ce projet, tant Google que Facebook mettent les petits plats dans les grands. Facebook fait part de sa participation au projet. Chez Google, il s'agit plutôt d'une annonce concernant le déploiement de son câble sous-marin. Dans la pratique, il semble toutefois que les deux mastodontes soient avant tout des prêteurs de fonds.Plusieurs sites d'information asiatiques parlent en effet d'un projet de l'opérateur télécom philippin PLDT qui y a investi 3,9 milliards de pesos philippins (65,5 millions d'euros). Selon Telecompaper, l'opérateur taiwanais Chunghwa Telecom serait également de la partie. On ignore le montant total que Google et Facebook ont investi dans le projet.De nos jours, des câbles sous-marins relient déjà les différents pays, mais la demande de capacité supplémentaire continue d'augmenter chaque année. Selon les acteurs concernés, il est également utile de disposer de plusieurs connexions empruntant différentes routes afin de pouvoir assurer le trafic Internet via d'autres connexions en cas de problèmes techniques ou de dégâts matériels.