C'est en 2020 que Barilaro avait accusé l'humoriste Shanks, ainsi que Google, la société-mère de YouTube. En novembre 2021, Barilaro trouva un arrangement avec Shanks (dont l'alias en ligne est Friendlyjordies), après que ce dernier se soit excusé pour ses vidéos insultantes.

Réputation ternie

Google pour sa part refusa de s'excuser pour les vidéos qu'elle ne voulut pas retirer de la plate-forme. Dans un premier temps, l'entreprise prit la défense des vidéos, même si elle changea d'avis juste avant le début du procès. Elle admit alors que les vidéos étaient bien offensantes.

Selon l'avocat de Barilaro, sa réputation politique fut fortement ternie à cause des fausses informations contenues dans les vidéos, contraignant éventuellement l'entreprise à verser un montant maximal de dommages et intérêts. Le juge australien a abondé dans ce sens cette semaine en déclarant que Barilaro fut 'traumatisé' par les vidéos 'haineuses et racistes'. Ces dernières obligèrent Barilaro à quitter prématurément la fonction publique, selon le juge.

C'est en 2020 que Barilaro avait accusé l'humoriste Shanks, ainsi que Google, la société-mère de YouTube. En novembre 2021, Barilaro trouva un arrangement avec Shanks (dont l'alias en ligne est Friendlyjordies), après que ce dernier se soit excusé pour ses vidéos insultantes.Google pour sa part refusa de s'excuser pour les vidéos qu'elle ne voulut pas retirer de la plate-forme. Dans un premier temps, l'entreprise prit la défense des vidéos, même si elle changea d'avis juste avant le début du procès. Elle admit alors que les vidéos étaient bien offensantes.Selon l'avocat de Barilaro, sa réputation politique fut fortement ternie à cause des fausses informations contenues dans les vidéos, contraignant éventuellement l'entreprise à verser un montant maximal de dommages et intérêts. Le juge australien a abondé dans ce sens cette semaine en déclarant que Barilaro fut 'traumatisé' par les vidéos 'haineuses et racistes'. Ces dernières obligèrent Barilaro à quitter prématurément la fonction publique, selon le juge.