Oracle exigeait des milliards de dollars de la part de Google, parce que lors du développement du système d'exploitation mobile Android, cette dernière avait utilisé le langage de programmation Java mis au point par Sun Microsystems, une entreprise rachetée par Oracle en 2010.

Dans cette affaire, la justice avait précédemment déjà donné plusieurs fois raison à Google, qui n'aurait pas enfreint les règles en vigueur. Mais une cour d'appel américaine en a cette fois décidé autrement et a renvoyé l'affaire à un tribunal fédéral californien, qui devra se pencher sur une possible indemnisation. La pilule pourrait être dure à avaler pour Google, puisque la grande majorité des smartphones à l'échelle mondiale est équipée d'Android. (ANP)