Google souhaite que davantage de partenaires traitent les appareils Android de la même façon que celle utilisée par l'entreprise avec sa gamme Nexus. Les appareils Nexus reçoivent les mises à jour directement de Google et tournent ainsi toujours sur le logiciel le plus récent. Nombre de partenaires et de fournisseurs hardware font, eux, tourner des versions Android adaptées sur leurs appareils, et les mises à jour de Google doivent dès lors être traitées d'abord chez eux, avant de prendre la direction de l'utilisateur final. Il en résulte que seule une partie de l'ensemble des utilisateurs Android fait tourner la version la plus récente du système d'exploitation sur leur appareil.

La non-actualisation d'un tas de téléphones Android s'avère problématique pour Google et ce, à différents niveaux. Indépendamment du fait que ses innovations logicielles n'arrivent que des mois en retard chez les utilisateurs, il subsiste aussi divers bugs et autres problèmes de sécurité potentiels dans les anciennes versions d'Android. Pour les développeurs, il est également assez gênant de devoir tenir compte en permanence de nombreuses versions Android différentes.

Selon Bloomberg, Google réfléchit à imposer des conditions pour Android. Si les partenaires veulent pouvoir proposer la version Android de Google, ils devront à l'avenir s'en tenir au schéma des mises à jour fixé par cette dernière. S'ils refusent, ils pourraient devoir se satisfaire de la version dépouillée d'Android (AOSP) n'intégrant aucun service de Google. # (ANP/KVdS)

Google souhaite que davantage de partenaires traitent les appareils Android de la même façon que celle utilisée par l'entreprise avec sa gamme Nexus. Les appareils Nexus reçoivent les mises à jour directement de Google et tournent ainsi toujours sur le logiciel le plus récent. Nombre de partenaires et de fournisseurs hardware font, eux, tourner des versions Android adaptées sur leurs appareils, et les mises à jour de Google doivent dès lors être traitées d'abord chez eux, avant de prendre la direction de l'utilisateur final. Il en résulte que seule une partie de l'ensemble des utilisateurs Android fait tourner la version la plus récente du système d'exploitation sur leur appareil.La non-actualisation d'un tas de téléphones Android s'avère problématique pour Google et ce, à différents niveaux. Indépendamment du fait que ses innovations logicielles n'arrivent que des mois en retard chez les utilisateurs, il subsiste aussi divers bugs et autres problèmes de sécurité potentiels dans les anciennes versions d'Android. Pour les développeurs, il est également assez gênant de devoir tenir compte en permanence de nombreuses versions Android différentes.Selon Bloomberg, Google réfléchit à imposer des conditions pour Android. Si les partenaires veulent pouvoir proposer la version Android de Google, ils devront à l'avenir s'en tenir au schéma des mises à jour fixé par cette dernière. S'ils refusent, ils pourraient devoir se satisfaire de la version dépouillée d'Android (AOSP) n'intégrant aucun service de Google. # (ANP/KVdS)