En désactivant la sécurité d'écran d'un appareil Android, des enquêteurs ont pu avoir accès à ce dernier. Cela peut s'avérer nécessaire en vue de collecter des preuves à l'encontre d'un suspect. "Les smartphones sont omniprésents, et il n'y a quasiment aucune affaire pour laquelle les plaignants n'utilisent pas des preuves issues de ces appareils", peut-on lire dans un rapport cité par la BBC.

Un juge peut charger Google de déverrouiller à distance un appareil. Jusqu'à présent, cela pouvait se faire assez aisément, mais avec l'arrivée d'Android 6.0, l'opération est plus délicate à effectuer. Les appareils fournis avec Android 6.0 (ou Android Marshmallow) sont en effet obligatoirement verrouillés d'origine. De ce fait, Google n'y a plus non plus accès.

Tout utilisateur ayant activé le verrouillage sur Android 5.0 - tel n'est pas automatiquement le cas ici - n'a rien à craindre non plus de Google ou de la Justice.

Apple

Chez Apple, les choses se passent autrement. Dans le passé - jusqu'à iOS 7 -, la Justice américaine faisait parvenir un disque dur externe vide à Apple, après quoi l'entreprise rapatriait les données de l'appareil ciblé et les plaçait sur le disque dur. Mais depuis l'arrivée d'iOS 8, Apple verrouille automatiquement les iPhone.

L'officier de justice américain estime que Google et Apple aident à dissimuler des activités. Une proposition est donc à présent faite en vue de pouvoir déverrouiller à distance les smartphones vendus à New York et ce, même s'ils sont verrouillés d'origine.