Google Play compte quelque 2,8 millions d'applis et dessert 2,5 milliards d'appareils Android environ. Google scanne ces applis à la recherche de malware ou d'autres pratiques indésirables, mais cela n'empêche parfois pas l'arrivée de quelques maliciels, qui aboutissent ensuite sur les appareils d'utilisateurs.

Pour éviter ce problème, Google crée l'App Defense Alliance. Concrètement, trois firmes de sécurité, à savoir ESET, Lookout et Zimperium, vont scanner les applis, avant qu'elles ne soient publiées. Leurs moteurs de scannage seront intégrés au moteur de détection Google Play, ce qui fait que les nouvelles applis seront scannées au moment où elles se trouveront dans la file d'attente pour être publiées.

Google qualifie les membres de l'App Defence Alliance de paires d'yeux supplémentaires pour le Play Store. Et ces yeux sont bien nécessaires. En mai 2017 déjà, Google avait lancé Google Play Protect, une série de mesures de sécurité pour rejeter les applis indésirables du magasin. Mais cela s'avéra insuffisant, car même après, des rapports se manifestèrent régulièrement, y compris cette année, à propos d'applis semblant fonctionner normalement, mais qui, après coup, s'avéraient être du malware.

Le fait qu'on découvre régulièrement des maliciels dans le Play Store, va évidemment aussi de pair avec sa popularité. C'est ce qui le rend du reste si attrayant pour les cybercriminels, mais aussi pour les firmes de sécurité qui se targuent d'être plus intelligentes que Google. En concluant des partenariats avec certaines d'entre elles, Google espère pouvoir détecter dorénavant les applis mal intentionnées avant leur publication.