GitLab, un service pour développeurs, qui entend proposer une plate-forme DevOps complète, vient de clôturer une phase d'investissement de série D. Quasiment par mégarde, selon son co-fondateur et CEO Sid Sijbrandij, qui s'est confié à TechCrunch. En fait, l'entreprise ne recherchait pas de l'argent frais, mais la société d'investissement Iconiq a néanmoins initié une phase de capitalisation après le rachat du grand concurrent de GitLab, GitHub par Microsoft.

Suite à ce rachat, GitLab a enregistré un nouveau flux d'utilisateurs, principalement des développeurs qui n'appréciaient pas trop Microsoft et qui étaient donc en quête d'une alternative. Sijbrandij n'est cependant pas d'accord avec ce dernier point. "La principale confusion qu'on observe, c'est que GitLab soit une alternative à GitHub", explique-t-il à TechCrunch. "Nous sommes bien plus avancés que cela. Nous sommes présents dans neuf catégories allant du planning au monitoring."

Avec l'argent récolté, GitLab entend développer plus avant les produits existants et lancer quelques nouveautés. Parmi les investisseurs dans GitLab, on trouve surtout la société-mère de Google, Alphabet, une entreprise qui, selon les rumeurs, avait précédemment déjà tenté de racheter GitHub.

GitLab a aussi annoncé vouloir entrer à la bourse en novembre 2020.