Ces tendances sont l'omniprésence du nuage ('cloud ubiquity'), des écosystèmes 'cloud' régionaux, la durabilité et le 'carbon-intelligent cloud', ainsi que l'infrastructure programmable automatisée de fournisseurs de Cloud Infrastructures et Platform Services (CIPS).

'L'impact économique, organisationnel et social de la pandémie restera un catalyseur pour l'innovation numérique et l'adoption des services dans le nuage', déclare Henrique Cecci, senior research director chez Gartner. 'Cela vaut en l'occurrence pour les use-cases tels la collaboration, le télétravail et les nouveaux services numériques en vue de soutenir un personnel hybride.'

Le nuage a fait ses preuves

Actuellement, le nuage constitue la base de la plupart des nouvelles disruptions technologiques, telles le 'composable business'. Le modèle de distribution a fait ses preuves en des temps incertains grâce à sa résilience, son évolutivité, sa flexibilité et sa vitesse. Les environnements hybrides, 'multicloud' et 'edge' croissent et forment la base de nouveaux modèles de nuage distribués.

En outre, de nouveaux développements dans le domaine de la communication sans fil, comme 5G R16 et R17, pousseront l'adoption du nuage vers un nouveau niveau d'utilisation plus large, plus profond et omniprésent. Des scénarios d'utilisation tels des expérimentations améliorées de banking mobile et de transformation des soins de santé se manifesteront également.

Stimulateurs d'adoption du nuage

Il ne manquera pas de stimulateurs pour la croissance de l'adoption du nuage au niveau mondial. Gartner prévoit que les dépenses des utilisateurs finaux en services 'cloud' publics atteindront quelque 396 milliards de dollars en 2021 et progresseront de 21,7 pour cent à 482 milliards de dollars en 2022. De plus, Gartner prévoit qu'à l'horizon 2026, les dépenses 'cloud' publiques représenteront plus de 45 pour cent de l'ensemble des dépenses IT des entreprises contre moins de 17 pour cent en 2021.

'Les organisations amélioreront leurs lignes du temps sur le plan des initiatives professionnelles numériques et migreront rapidement vers le nuage dans une tentative de moderniser leur environnement, d'améliorer la fiabilité du système, de supporter les modèles de travail hybrides et d'aborder d'autres nouvelles réalités rendues obligatoires par la pandémie', prétend Brandon Medford, senior principal analist chez Gartner.

Fragmentation croissante

La fragmentation croissante de la réglementation géopolitique, le protectionnisme et le respect de l'industrie stimuleront la création de nouveaux écosystèmes 'cloud' régionaux et verticaux. Les entreprises actives dans les secteurs financier et public voudront réduire le verrouillage ('lock-in') critique et les points de défaillance uniques ('single points of failure') avec leurs fournisseurs 'cloud' hors de leur pays.

Les régions qui ne seront pas à même de créer ou d'actualiser leurs propres écosystèmes de plates-formes, n'auront d'autre choix que de recourir aux plates-formes d'autres régions et de chercher leur salut dans la législation et la réglementation en vue de maintenir un certain niveau de contrôle et de souveraineté. Les préoccupations des politiciens, du monde académique et des fournisseurs technologiques notamment augmenteront dans ces régions, ce qui engendrera des initiatives telles GAIA-X dans les pays européens.

Durabilité, nuage 'carbon-intelligent'

Quasiment la moitié des personnes ayant répondu à l'enquête CEO de Gartner en 2021 croit que le changement climatique exercera un impact sensible sur leur entreprise. Les fournisseurs 'cloud' réagiront à ce focus croissant sur la durabilité en fixant des objectifs neutres en CO2 plus poussés pour les entreprises, ce qui créera à son tour de nouveaux défis pour les dirigeants dans le domaine des infrastructures et des opérations (I&O).

'Ces prochaines années, de nouvelles exigences en durabilité seront imposées, et le choix des fournisseurs de services dans le nuage pourrait dépendre des initiatives 'écologiques' de ceux-ci', ajoute encore le senior reserach director Cecci.

Fournisseurs CIPS 'hyperscale'

Gartner table sur une large acceptation des 'AI-/machine-learning (ML)-enabled cloudservices' entièrement gérés de fournisseurs CIPS 'hyperscale'. Cela devrait éliminer rapidement la charge d'exploitation des rôles I&O traditionnels dans le nuage public.

'L'infrastructure sera programmable, et son fonctionnement sera ensuite automatisé', précise Cecci. 'L'infrastructure IT moderne, qu'elle soit utilisée dans le centre de données ou dans le nuage public, exigera moins d'interventions manuelles et de gestion routinière que ses équivalentes héritées.'

En collaboration avec Dutch IT-Channel.

Ces tendances sont l'omniprésence du nuage ('cloud ubiquity'), des écosystèmes 'cloud' régionaux, la durabilité et le 'carbon-intelligent cloud', ainsi que l'infrastructure programmable automatisée de fournisseurs de Cloud Infrastructures et Platform Services (CIPS).'L'impact économique, organisationnel et social de la pandémie restera un catalyseur pour l'innovation numérique et l'adoption des services dans le nuage', déclare Henrique Cecci, senior research director chez Gartner. 'Cela vaut en l'occurrence pour les use-cases tels la collaboration, le télétravail et les nouveaux services numériques en vue de soutenir un personnel hybride.'Actuellement, le nuage constitue la base de la plupart des nouvelles disruptions technologiques, telles le 'composable business'. Le modèle de distribution a fait ses preuves en des temps incertains grâce à sa résilience, son évolutivité, sa flexibilité et sa vitesse. Les environnements hybrides, 'multicloud' et 'edge' croissent et forment la base de nouveaux modèles de nuage distribués.En outre, de nouveaux développements dans le domaine de la communication sans fil, comme 5G R16 et R17, pousseront l'adoption du nuage vers un nouveau niveau d'utilisation plus large, plus profond et omniprésent. Des scénarios d'utilisation tels des expérimentations améliorées de banking mobile et de transformation des soins de santé se manifesteront également.Il ne manquera pas de stimulateurs pour la croissance de l'adoption du nuage au niveau mondial. Gartner prévoit que les dépenses des utilisateurs finaux en services 'cloud' publics atteindront quelque 396 milliards de dollars en 2021 et progresseront de 21,7 pour cent à 482 milliards de dollars en 2022. De plus, Gartner prévoit qu'à l'horizon 2026, les dépenses 'cloud' publiques représenteront plus de 45 pour cent de l'ensemble des dépenses IT des entreprises contre moins de 17 pour cent en 2021.'Les organisations amélioreront leurs lignes du temps sur le plan des initiatives professionnelles numériques et migreront rapidement vers le nuage dans une tentative de moderniser leur environnement, d'améliorer la fiabilité du système, de supporter les modèles de travail hybrides et d'aborder d'autres nouvelles réalités rendues obligatoires par la pandémie', prétend Brandon Medford, senior principal analist chez Gartner.La fragmentation croissante de la réglementation géopolitique, le protectionnisme et le respect de l'industrie stimuleront la création de nouveaux écosystèmes 'cloud' régionaux et verticaux. Les entreprises actives dans les secteurs financier et public voudront réduire le verrouillage ('lock-in') critique et les points de défaillance uniques ('single points of failure') avec leurs fournisseurs 'cloud' hors de leur pays.Les régions qui ne seront pas à même de créer ou d'actualiser leurs propres écosystèmes de plates-formes, n'auront d'autre choix que de recourir aux plates-formes d'autres régions et de chercher leur salut dans la législation et la réglementation en vue de maintenir un certain niveau de contrôle et de souveraineté. Les préoccupations des politiciens, du monde académique et des fournisseurs technologiques notamment augmenteront dans ces régions, ce qui engendrera des initiatives telles GAIA-X dans les pays européens.Quasiment la moitié des personnes ayant répondu à l'enquête CEO de Gartner en 2021 croit que le changement climatique exercera un impact sensible sur leur entreprise. Les fournisseurs 'cloud' réagiront à ce focus croissant sur la durabilité en fixant des objectifs neutres en CO2 plus poussés pour les entreprises, ce qui créera à son tour de nouveaux défis pour les dirigeants dans le domaine des infrastructures et des opérations (I&O).'Ces prochaines années, de nouvelles exigences en durabilité seront imposées, et le choix des fournisseurs de services dans le nuage pourrait dépendre des initiatives 'écologiques' de ceux-ci', ajoute encore le senior reserach director Cecci.Gartner table sur une large acceptation des 'AI-/machine-learning (ML)-enabled cloudservices' entièrement gérés de fournisseurs CIPS 'hyperscale'. Cela devrait éliminer rapidement la charge d'exploitation des rôles I&O traditionnels dans le nuage public.'L'infrastructure sera programmable, et son fonctionnement sera ensuite automatisé', précise Cecci. 'L'infrastructure IT moderne, qu'elle soit utilisée dans le centre de données ou dans le nuage public, exigera moins d'interventions manuelles et de gestion routinière que ses équivalentes héritées.'En collaboration avec Dutch IT-Channel.