Le métavers, une sorte de cluster de mondes numériques sur lequel nombre de firmes technologiques misent actuellement déjà, pourrait attirer beaucoup de monde d'ici 2026. Telle est du moins la prévision du cabinet d'études Gartner. Dans un rapport, ce dernier indique qu'à l'horizon 2026, un quart des humains pourrait consacrer au moins une heure par jour au métavers.

Métavers est un terme singulier ciblant une réalité numérique alternative, où se combinent des mondes virtuel et augmenté via une plate-forme en ligne. Nombre de firmes technologiques s'y intéressent, notamment Nvidia, Microsoft, SAP et, surtout, Facebook (qui n'a pas par hasard été rebaptisée en Meta) qui effectuent leurs premiers pas dans cette direction.

Selon Gartner, ce genre de plate-forme offrira des possibilités en matière de travail, d'e-commerce et de loisirs notamment. 'Les fournisseurs sont toujours en train de mettre au point de nouvelles solutions permettant aux utilisateurs de répliquer leur vie dans des mondes numériques', écrit Marty Resnick, research vice president chez Gartner, dans un nouveau rapport. Il évoque ici entre autres des classes scolaires numériques ou la création de petites maisons digitales dans des mondes ludiques. 'Ces activités se déroulent actuellement dans divers environnements. En fin de compte, elles aboutiront dans un environnement unique, offrant plusieurs destinations au fil des différentes technologies et expériences.'

Pas trop vite

Dans son rapport, Gartner estime qu'aucun vendeur ne possèdera l'ensemble du métavers et qu'une économie virtuelle pourra donc éclore avec des monnaies numériques et des NFT. Son impact sur la vie des consommateurs pourra être important. De même que sur celle des employeurs du reste. Gartner s'attend à ce que des organisations offrent à leurs employés la possibilité de collaborer dans des bureaux virtuels et revendiquent ainsi leur place dans le métavers.

Le fait que d'ici 2026 déjà, un quart des humains se retrouve quotidiennement dans le métavers, cela peut paraître rapide, mais Gartner écrit aussi que les entreprises ne doivent pas dès à présent brûler les étapes. 'Il est encore trop tôt pour savoir quels investissements s'avéreront utiles à long terme', explique Resnick, 'mais les product managers devraient déjà prendre le temps d'approfondir le sujet, afin de se préparer à entrer dans le métavers.'

Le métavers, une sorte de cluster de mondes numériques sur lequel nombre de firmes technologiques misent actuellement déjà, pourrait attirer beaucoup de monde d'ici 2026. Telle est du moins la prévision du cabinet d'études Gartner. Dans un rapport, ce dernier indique qu'à l'horizon 2026, un quart des humains pourrait consacrer au moins une heure par jour au métavers.Métavers est un terme singulier ciblant une réalité numérique alternative, où se combinent des mondes virtuel et augmenté via une plate-forme en ligne. Nombre de firmes technologiques s'y intéressent, notamment Nvidia, Microsoft, SAP et, surtout, Facebook (qui n'a pas par hasard été rebaptisée en Meta) qui effectuent leurs premiers pas dans cette direction.Selon Gartner, ce genre de plate-forme offrira des possibilités en matière de travail, d'e-commerce et de loisirs notamment. 'Les fournisseurs sont toujours en train de mettre au point de nouvelles solutions permettant aux utilisateurs de répliquer leur vie dans des mondes numériques', écrit Marty Resnick, research vice president chez Gartner, dans un nouveau rapport. Il évoque ici entre autres des classes scolaires numériques ou la création de petites maisons digitales dans des mondes ludiques. 'Ces activités se déroulent actuellement dans divers environnements. En fin de compte, elles aboutiront dans un environnement unique, offrant plusieurs destinations au fil des différentes technologies et expériences.'Dans son rapport, Gartner estime qu'aucun vendeur ne possèdera l'ensemble du métavers et qu'une économie virtuelle pourra donc éclore avec des monnaies numériques et des NFT. Son impact sur la vie des consommateurs pourra être important. De même que sur celle des employeurs du reste. Gartner s'attend à ce que des organisations offrent à leurs employés la possibilité de collaborer dans des bureaux virtuels et revendiquent ainsi leur place dans le métavers.Le fait que d'ici 2026 déjà, un quart des humains se retrouve quotidiennement dans le métavers, cela peut paraître rapide, mais Gartner écrit aussi que les entreprises ne doivent pas dès à présent brûler les étapes. 'Il est encore trop tôt pour savoir quels investissements s'avéreront utiles à long terme', explique Resnick, 'mais les product managers devraient déjà prendre le temps d'approfondir le sujet, afin de se préparer à entrer dans le métavers.'