"Sony Interactive Entertainment (SIE) rejoint la communauté mondiale dans son appel à la paix en Ukraine. Nous avons suspendu toutes les expéditions de jeux et de consoles, le lancement de Gran Turismo 7 et les opérations du PlayStation Store en Russie", a déclaré l'entreprise sur Twitter.

Sony a aussi rappelé son annonce d'un don de 2 millions de dollars au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et à l'organisation Save the Children pour soutenir les victimes de cette guerre.

Des entreprises mondiales comme McDonald's, Coca-Cola, Ikea, Adidas ou Chanel ont annoncé le gel provisoire de leurs activités en Russie. Microsoft, le rival américain de Sony dans le secteur du jeu vidéo, avait lui-même déclaré la semaine dernière qu'il suspendait les "nouvelles ventes" de ses produits et services dans le pays.

D'autres géants de la tech ont fait des annonces similaires, comme Apple, qui a cessé de vendre ses iPhones et ses tablettes en Russie, tandis que des plateformes comme Facebook, YouTube (Google) et Twitter ont bloqué les publications de médias d'Etat russes en Europe.

"Sony Interactive Entertainment (SIE) rejoint la communauté mondiale dans son appel à la paix en Ukraine. Nous avons suspendu toutes les expéditions de jeux et de consoles, le lancement de Gran Turismo 7 et les opérations du PlayStation Store en Russie", a déclaré l'entreprise sur Twitter.Sony a aussi rappelé son annonce d'un don de 2 millions de dollars au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et à l'organisation Save the Children pour soutenir les victimes de cette guerre.Des entreprises mondiales comme McDonald's, Coca-Cola, Ikea, Adidas ou Chanel ont annoncé le gel provisoire de leurs activités en Russie. Microsoft, le rival américain de Sony dans le secteur du jeu vidéo, avait lui-même déclaré la semaine dernière qu'il suspendait les "nouvelles ventes" de ses produits et services dans le pays.D'autres géants de la tech ont fait des annonces similaires, comme Apple, qui a cessé de vendre ses iPhones et ses tablettes en Russie, tandis que des plateformes comme Facebook, YouTube (Google) et Twitter ont bloqué les publications de médias d'Etat russes en Europe.