Ce nouveau fonds est en fait le successeur de Fortino Capital Venture I. Ce dernier avait été lancé en 2016 avec un capital de 80 millions d'euros et a effectué 18 investissements dans des éditeurs de logiciels, dont Teamleader (BE), BuyBay (NL) et inSided (NL). Le fonds a jusqu'à présent aussi réalisé 10 exits, à savoir Trendminer (Software AG), Zentrick (Double Verify), Piesync (Hubspot), Melita (EQT) et plus récemment Bloomon (Bloom&Wild) et Riaktr (SDS).

Entreprises SaaS et technologiques B2B

Avec un capital total supérieur à 105 millions d'euros, Fortino Capital Venture II - dont les fondateurs sont Duco Sickinghe et Renaat Berckmoes - représente assurément l'un des plus importants fonds en Belgique. Il cible les investissements en phases Late Seed jusqu'à Série A dans des entreprises SaaS et technologiques B2B. Pensons ici aux phases de capitalisation d'amorçage entre 1 et 3 millions d'euros, avec une capacité suffisante pour d'éventuelles phases de financement ultérieures.

Déjà sept entreprises dans le portefeuille

Les investissements ont entre-temps déjà démarré. Sept jeunes pousses (startups) se trouvent aujourd'hui déjà dans le giron de Fortino Capital Venture II, dont trois d'origine belge. Il s'agit de Vaultspeed qui mise sur l'automatisation des entrepôts de données, d'Oqton proposant une plate-forme 'cloud' bout-à-bout pour l'industrie manufacturière (en janvier, cette entreprise annonçait encore une phase de capitalisation de 40 millions, ndlr), et de Fooddesk, une jeune pousse qui propose un logiciel très spécifique pour l'horeca en matière de déclaration d'allergènes et de sécurité alimentaire (HACCP). Avec Kaizo et ReaQta, Fortino possède aussi deux startups néerlandaises dans son portefeuille. Kaizo utilise la ludification pour amplifier les performances des équipes au service de la clientèle. Quant à ReaQta, elle est active dans la cyber-sécurité. Zaion et iObeya, enfin, sont des firmes françaises. Sur base d'une gestion visuelle d'entreprise, iObeya se charge de la collaboration à distance entre équipes dans le domaine en vogue du bureau hybride. Et Zaion mise de son côté sur une plate-forme AI conversationnelle propre pour logiciels CallBot.

Ce nouveau fonds est en fait le successeur de Fortino Capital Venture I. Ce dernier avait été lancé en 2016 avec un capital de 80 millions d'euros et a effectué 18 investissements dans des éditeurs de logiciels, dont Teamleader (BE), BuyBay (NL) et inSided (NL). Le fonds a jusqu'à présent aussi réalisé 10 exits, à savoir Trendminer (Software AG), Zentrick (Double Verify), Piesync (Hubspot), Melita (EQT) et plus récemment Bloomon (Bloom&Wild) et Riaktr (SDS).Avec un capital total supérieur à 105 millions d'euros, Fortino Capital Venture II - dont les fondateurs sont Duco Sickinghe et Renaat Berckmoes - représente assurément l'un des plus importants fonds en Belgique. Il cible les investissements en phases Late Seed jusqu'à Série A dans des entreprises SaaS et technologiques B2B. Pensons ici aux phases de capitalisation d'amorçage entre 1 et 3 millions d'euros, avec une capacité suffisante pour d'éventuelles phases de financement ultérieures.Les investissements ont entre-temps déjà démarré. Sept jeunes pousses (startups) se trouvent aujourd'hui déjà dans le giron de Fortino Capital Venture II, dont trois d'origine belge. Il s'agit de Vaultspeed qui mise sur l'automatisation des entrepôts de données, d'Oqton proposant une plate-forme 'cloud' bout-à-bout pour l'industrie manufacturière (en janvier, cette entreprise annonçait encore une phase de capitalisation de 40 millions, ndlr), et de Fooddesk, une jeune pousse qui propose un logiciel très spécifique pour l'horeca en matière de déclaration d'allergènes et de sécurité alimentaire (HACCP). Avec Kaizo et ReaQta, Fortino possède aussi deux startups néerlandaises dans son portefeuille. Kaizo utilise la ludification pour amplifier les performances des équipes au service de la clientèle. Quant à ReaQta, elle est active dans la cyber-sécurité. Zaion et iObeya, enfin, sont des firmes françaises. Sur base d'une gestion visuelle d'entreprise, iObeya se charge de la collaboration à distance entre équipes dans le domaine en vogue du bureau hybride. Et Zaion mise de son côté sur une plate-forme AI conversationnelle propre pour logiciels CallBot.