Le navigateur Firefox est en train d'effectuer une série de tests en vue d'insérer sur un nouvel onglet non seulement les sites souvent utilisés, mais aussi quelques tuiles parrainées. Voilà ce qui ressort d'une page d'aide du navigateur même, et de rapports d'utilisateurs. Les tests ne concernent provisoirement que des bêta-utilisateurs. Quant à savoir si les annonces seront largement déployées, cela dépendra des réactions.

De précédents tests de la fonction avaient surtout suscité un feedback négatif, selon Jonathan Nightingale de Mozilla, qui s'est confié au site technologique Engadget: 'Cela n'a pas été bien accueilli.' Voilà pourquoi le nouveau test prévoit entre autres une 'opt-out' (option de retrait) ou le décochage de certaines tuiles. Les utilisateurs auront par conséquent un meilleur contrôle sur ce qu'ils verront.

Rentrées alternatives

A côté des navigateurs en vue tels Chrome, Safari et Edge, Firefox est le seul à ne pas dépendre d'un géant technologique proposant des moteurs de recherche et d'autres sources de rentrées. Cela met le navigateur dans une position délicate. Il est principalement associé à l'open source, mais pour rivaliser avec Chrome par exemple, il faut de l'argent. L'entreprise doit donc progresser sur une corde raide entre d'une part la recherche de nouveaux revenus et d'autre part un public fidèle qui n'apprécie guère les publicités et le suivi (tracking) correspondant.

Le navigateur Firefox est en train d'effectuer une série de tests en vue d'insérer sur un nouvel onglet non seulement les sites souvent utilisés, mais aussi quelques tuiles parrainées. Voilà ce qui ressort d'une page d'aide du navigateur même, et de rapports d'utilisateurs. Les tests ne concernent provisoirement que des bêta-utilisateurs. Quant à savoir si les annonces seront largement déployées, cela dépendra des réactions.De précédents tests de la fonction avaient surtout suscité un feedback négatif, selon Jonathan Nightingale de Mozilla, qui s'est confié au site technologique Engadget: 'Cela n'a pas été bien accueilli.' Voilà pourquoi le nouveau test prévoit entre autres une 'opt-out' (option de retrait) ou le décochage de certaines tuiles. Les utilisateurs auront par conséquent un meilleur contrôle sur ce qu'ils verront.A côté des navigateurs en vue tels Chrome, Safari et Edge, Firefox est le seul à ne pas dépendre d'un géant technologique proposant des moteurs de recherche et d'autres sources de rentrées. Cela met le navigateur dans une position délicate. Il est principalement associé à l'open source, mais pour rivaliser avec Chrome par exemple, il faut de l'argent. L'entreprise doit donc progresser sur une corde raide entre d'une part la recherche de nouveaux revenus et d'autre part un public fidèle qui n'apprécie guère les publicités et le suivi (tracking) correspondant.