Plus de 93 pour cent des nouveaux ordinateurs portables vendus durant le dernier trimestre de 2019 étaient équipés d'un SSD comme support de stockage primaire. Cela représente une hausse de 66,7 pour cent par rapport à la période correspondante de 2017. Les SSD sont également toujours plus souvent utilisés dans les ordinateurs de bureau. Fin 2019, 82 pour cent des nouvelles machines étaient déjà équipées d'un Solid State Drive contre 48,5 pour cent en 2017.

L'acceptation du SSD est la plus rapide en Scandinavie et aux Pays-Bas, des régions qui, fin 2019 déjà, connaissaient un marché du PC quasiment 'sans disque dur', puisqu'à peine deux pour cent des ordinateurs portables et desktop intégraient encore un disque dur classique. L'Allemagne vient ensuite avec une part SSD de 93,4 pour cent, suivie par la Grande-Bretagne avec 90,1 pour cent. La transition s'avère plus lente en Europe du sud, où fin 2019, 85 pour cent des PC vendus étaient équipés d'un SSD.

Recul du prix par gigaoctet

"La nette diminution du prix par gigaoctet en 2019 est la principale cause de l'accélération de l'acceptation du SSD", explique Gurvan Meyer, Business Enterprise Analyst chez Context. "Aujourd'hui, les services de stockage en ligne deviennent plus abordables, et l'utilisation des services de diffusion en ligne croît, ce qui se traduit par un besoin moindre de stockage local à haute capacité."

Selon l'analyste de marché, il est quasiment certain que d'ici la fin de 2020, plus aucun ordinateur portable ne sera encore vendu avec un disque dur comme support de stockage primaire en Europe Occidentale.

En collaboration avec Dutch IT Channel

Plus de 93 pour cent des nouveaux ordinateurs portables vendus durant le dernier trimestre de 2019 étaient équipés d'un SSD comme support de stockage primaire. Cela représente une hausse de 66,7 pour cent par rapport à la période correspondante de 2017. Les SSD sont également toujours plus souvent utilisés dans les ordinateurs de bureau. Fin 2019, 82 pour cent des nouvelles machines étaient déjà équipées d'un Solid State Drive contre 48,5 pour cent en 2017.L'acceptation du SSD est la plus rapide en Scandinavie et aux Pays-Bas, des régions qui, fin 2019 déjà, connaissaient un marché du PC quasiment 'sans disque dur', puisqu'à peine deux pour cent des ordinateurs portables et desktop intégraient encore un disque dur classique. L'Allemagne vient ensuite avec une part SSD de 93,4 pour cent, suivie par la Grande-Bretagne avec 90,1 pour cent. La transition s'avère plus lente en Europe du sud, où fin 2019, 85 pour cent des PC vendus étaient équipés d'un SSD.Recul du prix par gigaoctet "La nette diminution du prix par gigaoctet en 2019 est la principale cause de l'accélération de l'acceptation du SSD", explique Gurvan Meyer, Business Enterprise Analyst chez Context. "Aujourd'hui, les services de stockage en ligne deviennent plus abordables, et l'utilisation des services de diffusion en ligne croît, ce qui se traduit par un besoin moindre de stockage local à haute capacité."Selon l'analyste de marché, il est quasiment certain que d'ici la fin de 2020, plus aucun ordinateur portable ne sera encore vendu avec un disque dur comme support de stockage primaire en Europe Occidentale.En collaboration avec Dutch IT Channel