Les litiges portent sur l'introduction en Bourse de Facebook en mai 2012. Les plaignants estiment que l'entreprise a fourni à cette occasion des informations "inexactes" et "trompeuses". Ils visent les estimations de chiffre d'affaires de Facebook, qui avaient été revues à la baisse juste avant la première cotation de l'action. D'après les plaignants, tous les investisseurs n'ont pas été mis au courant en temps voulu. Le cours s'est effondré suite à cette communication, et il a fallu attendre un an avant qu'il ne retrouve son prix d'introduction.

De nombreux investisseurs - estimés à plusieurs milliers - déclarent avoir subi des pertes. Le montant des pertes subies par KBC et ses clients n'est pas connu, mais serait assez limité. Le groupe a déclaré se sentir dans l'obligation de défendre les intérêts de ses clients, petits et grands. (Belga)