"Dans la pratique, cela reviendra à 25 pour cent", craint Peter Strickx, CTO de Fedict "L'on ne démarre évidemment pas avec une page blanche en janvier. Un certain nombre de contrats sont déjà signés, et il faut les payer."

Et d'ajouter que ce n'est qu'à la mi-avril, après le contrôle budgétaire, que la décision a été prise que Fedict devait faire des économies, alors que l'année en cours en est à son quatrième mois déjà. Il en résulte que l'organisation devra se serrer plus fortement la ceinture d'ici la fin de l'année.

L'on ne sait pas clairement de quel montant il s'agit. Mais selon son rapport annuel de 2011, Fedict avait dépensé au cours de cette année là 9.058.000 euros en moyens de fonctionnement, en ce compris les coûts de personnel, plus encore 14.711.000 euros en moyens de fonctionnement.

"Dans la pratique, cela reviendra à 25 pour cent", craint Peter Strickx, CTO de Fedict "L'on ne démarre évidemment pas avec une page blanche en janvier. Un certain nombre de contrats sont déjà signés, et il faut les payer."Et d'ajouter que ce n'est qu'à la mi-avril, après le contrôle budgétaire, que la décision a été prise que Fedict devait faire des économies, alors que l'année en cours en est à son quatrième mois déjà. Il en résulte que l'organisation devra se serrer plus fortement la ceinture d'ici la fin de l'année.L'on ne sait pas clairement de quel montant il s'agit. Mais selon son rapport annuel de 2011, Fedict avait dépensé au cours de cette année là 9.058.000 euros en moyens de fonctionnement, en ce compris les coûts de personnel, plus encore 14.711.000 euros en moyens de fonctionnement.