En juillet, Fastned a ouvert ses premières stations de recharge rapides en Belgique, entre Anvers et Bruxelles. Au second semestre encore, la société fera ses premiers pas en France, ajoutant ainsi un sixième pays à son réseau après l'Allemagne, la Suisse, le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas. Elle entend construire cette année plus de 45 nouvelles stations, ce qui devrait faire porter l'ensemble à 175 stations environ.

Fastned a bouclé le premier semestre avec un chiffre d'affaires de 4,4 millions d'euros, en hausse de 63% par rapport à la même période en 2020. Quelque 7,6 gigawatts-heure ont été ainsi "pompés". L'entreprise estime que cela a permis aux véhicules de parcourir un total de 38 millions de kilomètres cumulés. Le nombre de clients a doublé et s'élève aujourd'hui à plus de 65.000.

Fastned affiche toute de même une perte nette de près de 16 millions d'euros sur les six premiers mois de l'année, un trou qui s'explique, selon l'entreprise, par l'extension des effectifs et du réseau. Au premier semestre 2020, la perte s'élevait à 5,6 millions d'euros.

En juillet, Fastned a ouvert ses premières stations de recharge rapides en Belgique, entre Anvers et Bruxelles. Au second semestre encore, la société fera ses premiers pas en France, ajoutant ainsi un sixième pays à son réseau après l'Allemagne, la Suisse, le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas. Elle entend construire cette année plus de 45 nouvelles stations, ce qui devrait faire porter l'ensemble à 175 stations environ.Fastned a bouclé le premier semestre avec un chiffre d'affaires de 4,4 millions d'euros, en hausse de 63% par rapport à la même période en 2020. Quelque 7,6 gigawatts-heure ont été ainsi "pompés". L'entreprise estime que cela a permis aux véhicules de parcourir un total de 38 millions de kilomètres cumulés. Le nombre de clients a doublé et s'élève aujourd'hui à plus de 65.000.Fastned affiche toute de même une perte nette de près de 16 millions d'euros sur les six premiers mois de l'année, un trou qui s'explique, selon l'entreprise, par l'extension des effectifs et du réseau. Au premier semestre 2020, la perte s'élevait à 5,6 millions d'euros.