Vous finirez tôt ou tard par le constater : votre réseau sans fil se fait toujours plus lent. Surtout si l'ensemble des membres de votre famille s'y connecte avec toutes sortes d'appareils. Logique certes puisque chaque appareil exige le maximum du réseau disponible, ce qui crée retards et ralentissements. Il en va d'ailleurs de même pour les réseaux d'entreprise.

Au-delà du débit

" Historiquement, le wi-fi s'est certes constamment amélioré en termes de bande passante et de capacité, mais certains problèmes comme l'accès simultané n'ont jamais été résolus, explique Sebastien Marchal, 'product sales specialist' chez Cisco Belux. Le secteur a tenté d'y remédier avec la technologie OFDM où plusieurs appareils et points d'accès rivalisent pour transmettre leurs données. Dès que le réseau se libère, les données sont envoyées - certes avec un retard important, bien sûr. Le nouveau standard va y remédier avec la technologie OFDMA qui scinde la bande passante disponible en petits éléments - 20 MHz en plusieurs parties de 2 MHz par exemple. Cette solution se révèle particulièrement intéressante dans les environnements où de très nombreux appareils sans fil sont actifs, car ceux-ci pourront toujours communiquer entre eux avec un débit suffisant. La capacité augmente donc sans que les performances aient à souffrir. Je pense aux aéroports, centres commerciaux, salles de conférence et autres endroits publics. "

Il s'agit pour l'instant d'un pré-standard, mais d'un point de vue matériel, tout est au point.

Le Wi-fi 6 ne se limite toutefois pas à une connexion plus rapide. En théorie, le débit maximum de 3,5 Gbit/s sur le Wi-fi 5 passe à 9,6 Gbit/s sur le Wi-fi 6, mais en pratique, la vitesse se révèle cependant quelque peu inférieure. A noter que le Wi-fi 6 augmentera la vitesse de l'ensemble de votre réseau lorsque plusieurs appareils l'utiliseront, notamment en permettant aux routeurs de transmettre des données simultanément à l'ensemble de ces appareils. Le nouveau standard améliore également le MU-MIMO ou Multi-User Multiple Input/Multiple Output, une technologie déjà intégrée aux nouveaux routeurs et appareils Wi-fi 5 commercialisés. Le MIMO fait appel à plusieurs antennes pour envoyer simultanément des données à différents appareils, 4 dans le Wi-fi 5 et 8 dans le Wi-fi 6. La nouveauté réside désormais dans le fait que le MIMO permet à des appareils de répondre simultanément à un point d'accès, l''upstream' donc, ce qui est donc tout profit pour l'échange de données et la vitesse totale du réseau et permet à un nombre croissant d'appareils de se trouver simultanément sur le même réseau.

Compatibilité

" Le MU-MIMO est l'une des raisons pour lesquelles les appareils plus anciens profiteront également du Wi-fi 6, poursuit Sebastien Marchal. Il est important de savoir que le Wi-fi 6 offre une compatibilité ascendante, ce qui veut dire que vous pouvez continuer à utiliser votre appareil actuel avec les points d'accès du nouveau standard. Vous ne pourrez évidemment pas profiter pleinement de cette nouvelle technologie puisque le point d'accès et votre appareil doivent parler la même langue. Et l'inverse est évidemment vrai : si vous achetez demain un 'laptop' Wi-fi 6, celui-ci pourra certes encore travailler avec votre routeur Wi-fi 5 existant, mais sans tirer parti des avantages du Wi-fi 6. " Les réseaux actuels en 2,4 GHz et 5 GHz continuent en tout cas d'exister. Le secteur pousse toujours plus en direction du 5 GHz, vu qu'il offre des débits élevés et est moins soumis aux interférences, mais la bande 2,4 GHz offre pour sa part une plus grande portée et peut mieux traverser les murs - ce qui pose problème au niveau 5 GHz.

. © .

Les appareils existants continuent donc certes à fonctionner, mais les avantages du Wi-fi 6 sont tels que vous serez peut-être rapidement tenté d'acheter quand même un nouvel appareil. 'Rapidement' devant être pris avec prudence puisque selon nos informations, le smartphone Samsung S10 est le seul appareil équipé jusqu'ici du Wi-fi 6. " Cisco a lancé ses routeurs Wi-fi 6 en même temps que Samsung dans le but de développer ensemble une meilleure technologie réseau, par analogie avec ce que nous avions fait voici quelques années avec Apple, remarque Marchal. Comme un tel partenariat nous permet d'augmenter les performances du standard jusqu'à 30%, il est logique que nous voulions collaborer avec différents fabricants pour optimiser les réseaux. Nous avons nous-mêmes lancé 3 points d'accès dont l'un intègre une puce Asic spécifique de Cisco afin de pouvoir proposer des fonctions plus avancées, comme le monitoring en temps réel et les empreintes digitales RF pour accroître la sécurité. "

Plus sûr ?

Au niveau de la sécurité, le Wi-fi 6 s'appuie sur le nouveau protocole de sécurité WAP3 lancé l'an dernier et déjà intégré en option dans certains routeurs et appareils Wi-fi 5. Il s'agit là d'un must en l'occurrence puisque si un appareil veut être agréé par la Wi-fi Alliance, il doit disposer du WAP3. Même si le WAP3 a suscité certains remous voici quelques semaines lorsqu'il est apparu que le protocole souffrait de plusieurs failles permettant à des pirates de percer le mot de passe wi-fi et d'accéder ainsi au trafic de données cryptées. La Wi-fi Alliance a rapidement réagi en précisant qu'il s'agissait de versions préliminaires du WAP3 et que tout rentrerait dans l'ordre avec des mises à jour logicielles.

Outre Cisco, Netgear a d'ores et déjà annoncé 4 nouveaux routeurs wi-fi 6 allant d'un modèle 'à prix doux' (environ 200 ?) à un véritable cheval de trait avec 8 antennes et 5 ports Ethernet (quelque 400 ?). " Dans les prochains mois, nous lancerons aussi des répétiteurs et des adaptateurs basés sur le nouveau standard, car qu'on le veuille ou non, les limitations physiques au sein d'un bâtiment demeurent, même avec le Wi-fi 6, explique Lionel Paris, 'director product marketing consumer products EMEA' de Netgear. Cela dit, le Wi-fi 6 permet d'absorber plusieurs points finaux simultanément sans interruption et sans perte de bande passante. "

A noter cependant qu'aucun des routeurs évoqués ci-dessus n'a déjà été officiellement agréé par la Wi-fi Alliance, sachant que le standard Wi-fi 6 ne devrait être certifié que cet été. " Il s'agit en effet pour l'instant d'un pré-standard, mais d'un point de vue matériel, tout est au point, insiste Sebastien Marchal. On peut tout au plus s'attendre à une légère adaptation du logiciel alors qu'au niveau fonctionnel, tout fonctionne parfaitement. "

Et la 5G ?

Mais une chose est sûre selon Marchal : le passage au Wi-fi 6 est un must pour les entreprises. " De nouveaux appareils sans fil s'ajoutent constamment, ce qui signifie que l'on aura besoin de plus de bande passante. Il faut en outre veiller à ce que certaines applications critiques puissent avoir priorité, ce qui est parfaitement possible avec le Wi-fi 6 puisque le volet infrastructure permet de reconnaître automatiquement ce type d'applications. Le gain de vitesse et l'amélioration du débit sans interruptions ou ralentissements constituent autant de plus. "

Reste à voir si le Wi-fi 6 collaborera avec cet autre nouveau standard sans fil qu'est la 5G ou qu'il s'agira d'un concurrent. Il existe en effet une différence notoire : le Wi-fi 6 est un WLAN ou Wireless Local Area Network, alors que la 5G est un WAN, ou Wide-Area Network. Le Wi-fi 6 est par ailleurs une extension du développement du Wi-fi 5 et est donc compatible avec les versions antérieures, alors que la 5G est une technologie complètement nouvelle, pas compatible avec la 4G. " Pourtant, les deux se complètent idéalement, estime Marchal. La 5G offre un signal jusqu'à la porte alors qu'une fois à l'intérieur, le Wi-fi 6 doit prendre le relais car la 5G a des difficultés à pénétrer à l'intérieur d'un bâtiment. A ce niveau, nous collaborons avec Samsung et des fournisseurs d'accès dans le cadre d'OpenRoaming, une initiative de Cisco basée sur le standard du marché HotSpot 2.0. L'objectif est de permettre un basculement transparent entre le Wi-fi 5 et la 5G avec un cryptage de bout en bout dans un environnement sécurisé. "

Fini la confusion

Si vous ne vous y retrouvez plus dans la jungle des standards de réseaux sans fil, bonne nouvelle : plus question désormais de parler de 802.11b, a, g, n ou ac, mais bien de Wi-fi 1 à 5. Durant deux décennies, ces abréviations ont suscité la confusion chez le consommateur, mais c'est à présent le passé. D'ici peu d'ailleurs, vous verrez apparaître sur le marché des appareils fonctionnant selon le nouveau standard Wi-fi 6 ou, selon l'ancien jargon, 802.11ax.

Le Wi-fi 6 en bref : plus de bande passante par utilisateur (donc davantage d'utilisateurs simultanément), jusqu'à 40% d'augmentation du débit, jusqu'à 4 fois plus de capacité dans les environnements intensifs (et donc des connexions plus fiables) et moins de consommation de batterie. Ce dernier aspect est surtout important pour l'IoT (Internet des objets), compte tenu de la profusion de petits capteurs installés partout et qui envoient en permanence des données vers les ordinateurs et serveurs. En l'occurrence, le Wi-fi 6 s'appuie sur le TWT ou Target Wake Time, une technologie qui permet aux appareils de définir quand et comment ils communiquent entre eux. En pratique, un tel capteur IoT peut donc 'dormir' durant des heures, voire des jours, avant d'envoyer ses données et économiser ainsi sa batterie.