"Tommelein s'est entretenu ce mercredi avec Facebook et a insisté pour que le réseau social s'en tienne à la loi belge, mais cette entrevue n'a en fait pas abordé le débat sur les conditions de confidentialité de Facebook", déclare Margot Neyskens, porte-parole de Tommelein.

Lors d'une rencontre préalable entre les deux parties, Tommelein avait exprimé ses préoccupations quant à la transparence de Facebook et avait demandé à l'entreprise de médias sociaux de remplir une fonction plus éducative vis-à-vis des utilisateurs jeunes et vulnérables. Le nouvel entretien est le résultat d'une initiative de Facebook car ses représentants ont effectivement imaginé des mesures concrètes pour la Belgique, selon Neyskens.

'Think before you share' et 'privacy-checkup'

C'est ainsi qu'une campagne 'Think before you share' (réfléchissez avant de partager) est destinée à faire clairement comprendre aux utilisateurs l'impact de Facebook (et d'autres médias sociaux). "Facebook entend mener cette campagne avec des organisations locales telles Child Focus. Mais dans ce but, il faudra aussi se concerter avec les ministres régionaux."

En outre, l'entreprise entend mettre à disposition un manuel pour les enseignants dans les trois langues nationales et le diffuser dans les écoles belges. "Mais ici encore, il faudra se concerter avec les ministres des communautés."

Enfin, Facebook est prête à initier les utilisateurs à ses conditions d'utilisation. "Il s'agirait d'une sorte de 'privacy-checkup', où les utilisateurs seraient informés sur la manière d'adapter leurs paramètres", selon Neyskens.

Bart Tommelein © BELGA

Tommelein réagit positivement à ces propositions: "Nous sommes satisfaits de toute mesure destinée à aider les utilisateurs à mieux se défendre."

Les représentants de Facebook ont aussi exprimé leur mécontentement à propos des diverses lois européennes en matière de respect de la vie privée. Le secrétaire d'Etat leur a répondu comprendre cette insatisfaction. "Tommelein a insisté sur le fait qu'il aspire encore et toujours à une loi européenne commune en la matière. Selon lui, il faut aussi un contrôleur européen strict dans ce domaine."

Facebook également autour de la table avec la Commission vie privée

Hier mercredi, Facebook a aussi mandaté des représentants à la séance d'audition de la Commission vie privée. Cette dernière mène une enquête sur les nouvelles conditions d'utilisation de Facebook, qui pourraient enfreindre le respect de la vie privée des utilisateurs. C'est le 13 mai que la Commission vie privée fera connaître ses recommandations.

Durant l'entrevue, deux thèmes ont été abordés: l'application de la loi belge sur le respect de la vie privée et la compétence de la Commission vie privée eu égard au traitement des données personnelles par Facebook.

L'on y a abordé aussi l'application des plug-ins sociaux, que Facebook propose à des acteurs externes pour pouvoir suivre ainsi également les non-utilisateurs.

Un groupe de recherche de la KU Leuven et de la VUB a examiné les conditions d'utilisation de Facebook à la demande de la Commission vie privée belge. Les chercheurs ont conclu qu'elles enfreignent la réglementation européenne.

(Belga/MI)