La plate-forme de socialisation agit ainsi dans le cadre de son programme visant à aider les médias. Pour la Belgique, elle cible les Editions de L'Avenir Presse, La Libre, Le Soir, GMGroup, Brussels Times, Mediafin (De Tijd/L'Echo), alors qu'aux Pays-Bas, il est question du journal d'affaires Het Financieele Dagblad, de la revue et plate-forme en ligne LINDA et de la chaîne locale du Brabant RTV Horizon.

Les firmes de médias se plaignent depuis assez longtemps déjà d'une concurrence déloyale de la part d'entreprises comme Facebook et Google. Ces dernières détiennent une grande part du marché de la publicité et transmettent en outre des infos d'actualité, ce qui leur permet aussi d'engranger des rentrées. Les deux entreprises technologiques ont pour cette raison lancé des programmes pour soutenir les firmes de médias. Google elle aussi a convenu dans plusieurs pays de payer pour proposer des infos.

Facebook doit cette semaine encore faire face à un écornage supplémentaire de son image après l'apparition en ligne des données de trois millions de Belges. Le réseau social ne donne provisoirement que peu d'informations à propos du fait qu'il n'a réagi que deux ans après les avertissements émis par des experts.

Les médias concernés vont participer à ce qu'on appelle un 'programme accélérateur' d'une durée de neuf mois. Ils obtiendront entre autres le support d'experts et de coaches. Il y aura aussi des ateliers au cours desquels des firmes de médias allemandes, autrichiennes, suisses et scandinaves partageront la connaissance et l'interconnecteront. Au niveau mondial, Facebook a déjà lancé treize de ces programmes.

La plate-forme de socialisation agit ainsi dans le cadre de son programme visant à aider les médias. Pour la Belgique, elle cible les Editions de L'Avenir Presse, La Libre, Le Soir, GMGroup, Brussels Times, Mediafin (De Tijd/L'Echo), alors qu'aux Pays-Bas, il est question du journal d'affaires Het Financieele Dagblad, de la revue et plate-forme en ligne LINDA et de la chaîne locale du Brabant RTV Horizon.Les firmes de médias se plaignent depuis assez longtemps déjà d'une concurrence déloyale de la part d'entreprises comme Facebook et Google. Ces dernières détiennent une grande part du marché de la publicité et transmettent en outre des infos d'actualité, ce qui leur permet aussi d'engranger des rentrées. Les deux entreprises technologiques ont pour cette raison lancé des programmes pour soutenir les firmes de médias. Google elle aussi a convenu dans plusieurs pays de payer pour proposer des infos.Facebook doit cette semaine encore faire face à un écornage supplémentaire de son image après l'apparition en ligne des données de trois millions de Belges. Le réseau social ne donne provisoirement que peu d'informations à propos du fait qu'il n'a réagi que deux ans après les avertissements émis par des experts.Les médias concernés vont participer à ce qu'on appelle un 'programme accélérateur' d'une durée de neuf mois. Ils obtiendront entre autres le support d'experts et de coaches. Il y aura aussi des ateliers au cours desquels des firmes de médias allemandes, autrichiennes, suisses et scandinaves partageront la connaissance et l'interconnecteront. Au niveau mondial, Facebook a déjà lancé treize de ces programmes.