L'entreprise de médias sociaux a déjà prévu dans ses résultats du premier trimestre de cette année une provision de 3 milliards de dollars. Facebook déclare qu'elle attend à se voir infliger une amende pouvant en fin de compte osciller entre 3 et 5 milliards de dollars.

Récemment encore, des rumeurs circulaient, selon lesquelles Facebook était en train de négocier un arrangement avec le FTC. Suite aux divers scandales, le réseau social aurait enfreint les règles d'un précédent arrangement conclu en 2011. Ce point est essentiel dans la mesure où le FTC ne peut infliger des amendes qu'à des entreprises récidivistes.

Durant le premier trimestre, le nombre d'utilisateurs actifs a crû de huit pour cent sur une base annuelle pour atteindre 2,4 milliards mensuellement et 1,6 milliard quotidiennement. La hausse principale a été enregistrée en Asie, où l'entreprise compte 12,4 pour cent d'utilisateurs mensuels actifs de plus qu'il y a un an.

Le chiffre d'affaires de Facebook a au premier trimestre progressé de 26 pour cent à 15,1 milliards de dollars (contre 12,0 milliards un an plus tôt). Son bénéfice net, dont trois milliards de dollars ont donc été soustraits pour payer l'amende imminente infligée par le FTC, s'établit à 2,43 milliards de dollars. Pour cette année, Facebook table sur une croissance comprise entre 47 et 55 pour cent.

Les coûts de l'entreprise ont eux augmenté de quatre-vingts pour cent à 11,8 milliards de dollars. Il est ici non seulement question de l'amende, mais aussi des importants investissements consentis par l'entreprise l'année dernière dans la modération des contenus et dans les outils de contrôle en vue de rendre le réseau social plus sûr.

Ce qui n'est pas encore entièrement clair, c'est la manière dont Facebook va traduire sa promesse d'une communication privée renforcée et de l'intégration de Facebook, Instagram et Whatsapp dans un modèle commercial basé surtout sur la publicité. Facebook a en tout cas annoncé disposer depuis peu d'un système d'achat direct de produits sur Instagram. L'entreprise teste également en Inde les paiements avec Whatsapp, qu'elle entend bientôt aussi déployer dans d'autres pays.