Vendredi, le juge Alexandre de Moraes a décidé d'infliger une amende de 1,9 million de réaux (368.000 dollars) par jour pour non-respect d'une décision antérieure. Il reprochait à Facebook de n'avoir bloqué que les profils nationaux des adeptes radicaux de Bolsonaro, contrairement à ses instructions de supprimer les comptes également à l'étranger.

Peu de temps après la décision du juge, les partisans radicaux du président avaient continué à publier des slogans antidémocratiques et des attaques personnelles en modifiant leurs paramètres, a rapporté le journal Folha de S. Paulo.

Les tensions s'intensifient entre le président d'extrême droite et la Cour suprême, qui enquête sur des allégations selon lesquelles plusieurs membres de l'entourage de Bolsonaro mènent une campagne sur les réseaux sociaux pour discréditer cette institution judiciaire et en menacer les juges.

Vendredi, le juge Alexandre de Moraes a décidé d'infliger une amende de 1,9 million de réaux (368.000 dollars) par jour pour non-respect d'une décision antérieure. Il reprochait à Facebook de n'avoir bloqué que les profils nationaux des adeptes radicaux de Bolsonaro, contrairement à ses instructions de supprimer les comptes également à l'étranger. Peu de temps après la décision du juge, les partisans radicaux du président avaient continué à publier des slogans antidémocratiques et des attaques personnelles en modifiant leurs paramètres, a rapporté le journal Folha de S. Paulo. Les tensions s'intensifient entre le président d'extrême droite et la Cour suprême, qui enquête sur des allégations selon lesquelles plusieurs membres de l'entourage de Bolsonaro mènent une campagne sur les réseaux sociaux pour discréditer cette institution judiciaire et en menacer les juges.